google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Wall Street termine en hausse prudente avant la Fed


Un opérateur du New York Stock Exchange

Un opérateur du New York Stock Exchange (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a conclu en hausse prudente mardi, soutenue par le ralentissement de l’inflation américaine juste à la veille d’une décision de la Fed sur les taux d’intérêt.

Après avoir démarré en trombe à l’ouverture à la suite de la publication d’un chiffre d’inflation meilleur que prévu, les indices ont terminé sur une hausse plus modérée.

L’indice Dow Jones a gagné 0,30% à 34.108,64 points, le Nasdaq 1,01% à 11.256,81 points et le S&P 500 a progressé de 0,73% à 4.019,65 points.

L’inflation aux Etats-Unis a ralenti plus qu’attendu: elle s’est établie à 7,1% sur un an en novembre, contre 7,7% en octobre, selon l’indice CPI publié par le gouvernement américain. Les analystes s’attendaient à 7,3%.

Il s’agit de la plus faible hausse des prix à la consommation depuis décembre 2021.

Le marché boursier a bondi dans un premier temps, tiré par l’enthousiasme du Nasdaq, à dominante technologique, qui avait démarré en hausse de plus de 3%.

Cet élan s’est ensuite tari “notamment parce que vendredi sera une journée des quatre sorcières”, c’est-à-dire la dernière séance de l’année qui voit l’expiration de nombreux contrats boursiers ce qui entraîne toujours une exubérante volatilité, a souligné Peter Cardillo, de Spartan Capital.

“Mercredi, nous attendons aussi la décision de la Réserve fédérale et cela a suscité beaucoup de prises de profits”, a encore assuré l’analyste.

Les opérateurs sont en effet quasi-certains désormais que la Fed, qui rendra sa décision monétaire à 19H00 GMT mercredi, va augmenter ses taux seulement d’un demi-point de pourcentage au lieu des trois-quarts de point assénés quatre fois d’affilée sur les taux d’intérêt au jour le jour.

Ceux-ci devraient donc passer à un niveau situé entre 4,25% et 4,50%.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans ont reculé à 3,50% contre 3,61% la veille et le dollar a piqué du nez. Vers 21H00 GMT, il lâchait 0,87% par rapport à l’euro à 1,0629 dollars pour un euro.

“Dans l’ensemble c’était une séance positive pour le marché boursier”, a souligné M. Cardillo.

Les deux tiers des membres du Dow ont conclu dans le vert et l’indice élargi S&P 500, le plus représentatif du marché américain, a terminé au-dessus des 4.000 points. “Cela signifie que le rebond de fin d’année est encore d’actualité”, a encore assuré l’analyste de Spartan Capital.

A la cote, le géant des logiciels Oracle, qui avait pris presque 4% en séance, a finalement conclu dans le rouge (-0,82%) malgré des résultats trimestriels meilleurs qu’attendu.

Le Nasdaq a notamment été soutenu par Moderna, le fabricant de vaccins, qui a bondi de 19,63% à 197,54 dollars. Le laboratoire a annoncé des résultats préliminaires positifs pour son vaccin à ARN messagers en cours de développement avec Merck (+1,78%) contre le cancer de la peau.

Les grands noms de la technologie se sont bien comportés même si leur progression s’est assagie en cours de séance: Meta (Facebook) a gagné 4,74%, Amazon et Google plus de 2%.

Le spécialiste des contrats à signature électronique DocuSign a été remarqué (+7,32%).

Les pétrolières ont profité d’une hausse soutenue des cours du pétrole, notamment Chevron (+2,23%) mais aussi Exxon (+1,09%) et ConocoPhillips (+1,46%).

Le titre de la compagnie aérienne à bas prix Jetblue s’est effondré de 7,67% à 7,10 dollars après avoir signalé que la demande de voyages apparaissait moins soutenue qu’attendu en décembre.

© 2022 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *