google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Vous pouvez retirer l’intégralité de la somme forfaitaire du corpus NPS si Rs 5 lakh ou moins, mais 40% seront imposables


La Système national de retraite (NPS) a évolué depuis son introduction en 2003. Ce qui a commencé comme un régime pour les employés du gouvernement, a pris de l’ampleur lorsqu’en 2009, il s’est finalement ouvert à tous les citoyens indiens âgés de 18 à 70 ans. Le programme a vu plus d’abonnés depuis son expansion pour permettre aux détenteurs de cartes Overseas Citizen of India (OCI) d’investir dans le NPS.

Le NPS est réglementé par la Pension Autorité de réglementation et de développement du Fonds (PFRDA), qui a introduit des retraits partiels et des sorties prématurées, afin de s’aligner sur les besoins d’une base d’abonnés croissante.

Le retrait du NPS est autorisé par le PFRDA lors de la sortie ou de la fermeture à l’échéance, le retrait partiel à des fins spécifiques (telles que l’enseignement supérieur des enfants, le mariage des enfants, l’achat / la construction d’une maison / d’un appartement ou le traitement de maladies spécifiées) etc. Dans ces scénarios, les souscripteurs sont tenus d’acheter une rente dans une mesure déterminée, selon le type de retrait.

Lorsque les retraits sont autorisés par la PFRDA, l’article 10(12A) de la loi de 1961 sur l’impôt sur le revenu prévoit l’exonération du retrait du corpus NPS. Conformément aux règles de la PFRDA, un souscripteur peut retirer un maximum de 60 % sous forme de capital et les 40 % restants doivent obligatoirement être utilisés pour l’achat d’une rente. Conformément aux lois sur l’impôt sur le revenu, le retrait forfaitaire de 60 % de la masse sera exonéré d’impôt sur le revenu. Les 40 % restants (utilisés pour l’achat d’un plan de rente) seront imposables lorsque la rente sera reçue par le souscripteur. Les règles d’imposition du retrait partiel d’un compte NPS sont différentes. Lorsqu’un prélèvement partiel est effectué sur le compte NPS, 25% de la cotisation du particulier est exonérée d’impôt sur le revenu. Le solde est imposable sous la rubrique ‘Revenus d’autres sources’ au taux de l’impôt sur le revenu applicable aux revenus du souscripteur.

Récemment, la PFRDA a modifié les règles de retrait du NPS à l’échéance, afin de permettre aux particuliers de retirer 100% du corpus sous forme de somme forfaitaire, si la valeur du corpus est de Rs 5 lakh ou moins. Cependant, il n’y a pas d’amendement correspondant à la fiscalité en ce qui concerne le changement récent d’autoriser les retraits à 100% lorsque le corpus est inférieur à Rs 5 lakh.

En d’autres termes, même si le PFRDA autorise le retrait à 100 % du corpus NPS dans certains cas à l’échéance, l’exonération d’impôt sur le revenu ne dépasse pas désormais 60 %. Par conséquent, les 40% restants du corpus seraient imposables entre les mains de l’individu lors du retrait du NPS, même si le retrait à 100% sous forme de somme forfaitaire est autorisé par la PFRDA dans les cas où le corpus est égal ou inférieur à Rs 5 lakh à l’échéance.

Supposons que vous ayez accumulé Rs 4,80 lakh en tant que corpus NPS à maturité. Conformément aux règles de la PFRDA, vous pouvez prendre/retirer 100 % de la somme forfaitaire à l’échéance, mais en dehors de cela, seuls Rs 2,88 lakh seront exonérés d’impôt sur le revenu. Les Rs 1,92 lakh restants seront imposables entre vos mains. Il est important de noter qu’il n’y a pas de clarté sur la façon de déclarer la partie imposable qui est reçue sous forme de somme forfaitaire par un particulier contrairement au cas des retraits partiels où cet aspect est clarifié.

En vertu des règles PFRDA, à l’échéance de son compte, un individu (dans les cas où le corpus d’échéance accumulé est supérieur à Rs 5 lakh) doit obligatoirement acheter une rente en versant un montant forfaitaire à une compagnie d’assurance-vie pour recevoir la rente (pension) pour la durée convenue. Le particulier n’aura à payer l’impôt sur la rente qu’au moment de la réception des versements de la rente.

On peut noter que la Loi de l’impôt sur le revenu de 1961 a suivi le rythme des changements dans le paysage législatif. Par exemple, lorsque le plafond de la gratification a été relevé de Rs 20 lakh en vertu du paiement de la loi de 1972 sur la gratification, des modifications correspondantes ont été apportées à la loi de l’impôt sur le revenu traitant de l’exonération de la gratification. Le changement prévoyait d’augmenter l’exemption de pourboire en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu, à Rs 20 lakh.

En conséquence, on peut raisonnablement s’attendre à ce que le budget 2023 modifie l’article 10 (12A) de la loi, étendant ainsi l’avantage fiscal à un retrait de 100 % lorsque le corpus est inférieur à Rs 5 lakhs. Il faudra attendre et regarder.

(Les opinions exprimées sont personnelles uniquement. Sudhakar Sethuraman est associé chez Deloitte India et Vijayalakshmi Kartik est directeur chez Deloitte Haskins & Sells LLP.)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *