google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Une étude Coinbase révèle une montée en flèche des enquêtes mondiales sur l’application de la loi


4BF3B2F69FBE22DA89926CFDCD701F9DF952EF3631FED2898AC410D66402320C.jpg

L’échange de crypto-monnaie a affirmé que le nombre total de requêtes avait augmenté de 66%, les États-Unis contribuant à l’augmentation des requêtes avec une marge significative; les États-Unis, ainsi que trois pays européens, représentaient 80% de toutes les demandes.

Le rapport de transparence le plus récent publié par Coinbase révèle que la société a constaté une augmentation du nombre de demandes d’informations émanant des forces de l’ordre au cours de l’année précédente.

Les États-Unis d’Amérique sont le pays qui a soumis la grande majorité des demandes, et la grande majorité de ces demandes étaient liées à une sorte d’enquête criminelle. Le rapport le plus récent sur le dévouement de Coinbase à la transparence couvre la période commençant en septembre et continuer à inclure les quatre trimestres qui se sont produits avant ce moment.

L’échange d’informations a reçu un total de 12 320 demandes d’informations de la part des forces de l’ordre au cours de la même période, ce qui représente une augmentation d’environ 66 % par rapport aux chiffres de l’année précédente.

Les États-Unis étaient à l’origine de 5 304 de ces demandes, ce qui représente 43 % du nombre total de demandes. Le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne ont chacun déposé entre mille et deux mille demandes, respectivement. La majorité des demandes provenaient du Royaume-Uni. Ces quatre pays étaient responsables de 80 % du nombre total de demandes, malgré le fait que des pétitions aient également été déposées par 57 autres pays. Le nombre de demandes provenant d’Espagne a augmenté de 940 % par rapport à l’année précédente, atteignant un total de 1 304.

C’était l’un des six pays dont les demandes de renseignements avaient augmenté de plus de deux fois par rapport à l’année précédente dans l’année qui venait de s’achever.

Au total, 21 pays différents ont soumis leurs premières demandes tout au long de la période analysée aux fins de cette étude. L’un de ces pays était la République tchèque, et ses citoyens ont contribué à 104 du total des entrées.

À l’heure actuelle, les autorités répressives ne sont pas en mesure d’accéder directement aux informations indiquées ci-dessus via l’échange.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *