Sept Français sur 10 tenter de la chaleur dans leur logement


Alors qu’un pic de chaleur est attendu ce mercredi, près de 7 Français sur 10 (69%) déclarent souffrent des températures trop élevées dans leur logement lorsque le mercure s’affole. C’est le résultat d’une étude du groupement Actibaie, membre du syndicat de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), en partenariat avec l’Ifop, mené du 22 au 24 juin, sur un échantillon national de 1010 individus. Ils sont notamment 30 % à en souffrir de plus en plus souvent.

Une augmentation qui s’explique par des vagues de chaleur de plus en plus avérées. Sur les 43 vagues de chaleurs produites depuis 1947, seules 9 ont eu lieu avant 1989, selon Météo France. Ou, contrairement aux idées reçues, «les problématiques de chaleur ne sont pas l’apanage des passifs thermiques, qui totalisent déjà 5 millions de logements. Même les logements très performants sur la thermique d’hiver peuvent être très inconfortables lors de périodes de fortes chaleurs», selon Hervé Lamy, délégué général du groupement Actibaie.

Près de 9 Français sur 10 (88%) indique qu’il est urgent de trouver une solution pour réduire la température dans les logements. «Il est temps que les pouvoirs publics consomment à bras-le-corps ce sujet pour les logements existants, comme ils l’ont fait dans le neuf avec la RE 2020», souligne Hervé Lamy. Des solutions durables existent, comme la fermeture des volets, la première action mise en place pour rafraîchir son logement par 82% des Français. «Les stores et volets sont en effet très efficaces pour réduire la température intérieure. En maison individuelle, l’indicateur d’inconfort (DH) peut être réduit de 40 % en installant des volets et des magasins manuels. S’ils sont automatisés, cet indicateur peut encore être abaissé de 20 % supplémentaires », affirme Hervé Lamy qui s’appuie sur l’exemple d’une école récemment rénovée où la différence de température entre intérieur et extérieur peut atteindre 10 degrés grâce aux nouveaux volets.

Peindre les bâtiments en blanc

Près de la moitié des propriétaires se disaient prêts à équiper leur logement pour l’installation ou l’automatisation de magasins et volets si une aide financière de l’État était proposée. «Aujourd’hui, les dispositifs d’aides à la rénovation énergétique n’intègrent pas la problématique du confort d’été. Les magasins et volets sont totalement exclusifs. Sur ce sujet, la France est à la traîne comparée à nos voisins allemands ou italiens qui ont sauté le pas. C’est un non-sens social et écologique, incompatible avec les objectifs environnementaux fixés par l’État», alerte le délégué général du groupement Actibaie. 21 % des Français ont recours à la climatisation mais près d’un cinquième (19 %) des non-utilisateurs à l’intention d’acheter un climatiseur.

» LIRE AUSSI – Quand la peinture fait baisser la température des bâtiments

Une autre solution nécessaire de ne plus mettre en marche son climatiseur : peindre les bâtiments en blanc. À Los Angeles, en Californie, certaines routes sont repeintes en blanc, afin de réfléchir la lumière du soleil. De même en France, des entreprises comme Enercool proposent une peinture blanche réflective contenant des pigments qui renvoient les rayons UV et infrarouges vers l’extérieur. «Elle agit à l’image d’une crème solaire pour les empêcher de pénétrer dans le bâtiment», explique François Rangdé, responsable commercial et travaux à Enercool. Un moyen de gagner 4 à 6 degrés à l’intérieur du bâtiment. Comptez environ 20 à 22 € du mètre carré pour repeindre votre toit avec cette société. Attention toutefois, «on n’a pas obligatoirement le droit de repeindre un toit pentu en blanc, en raison du plan local d’urbanisme. En revanche, les toits plats ne présentent aucun problème», prévient François Rangdé.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.