Quels sont les moyens de se protéger efficacement sur Internet ?



Moteurs de recherche, applications, réseaux sociaux… À chaque clic, nous laissons derrière nous des informations sensibles. Comment se protéger sur Internet ? Gisèle Fournier, auteure du “Guide d’autodéfense sur Internet” (First) nous conseille.

Chez soi, dans les transports, au travail… Internet est omniprésent dans nos vies et encore plus depuis l’avènement des smartphones et de la 3G/4G ! Rapide et simple d’utilisation : nous avons le monde au creux de la main ainsi que des montagnes d’information (et d’intox !) accessibles d’une simple pression du doigt.

Notre mode de vie a été chamboulé par l’arrivée d’Internet dans nos foyers et de la révolution mobile, au cours des années 2000. Mais ce qui nous semblait être un changement positif s’est vite transformé en un doux poison. Cyberharcèlement, phishing… : ces termes sont vite entrés dans notre vocabulaire avant d’apparaître dans le dictionnaire.

À l’aune de 2023, comment peut-on se protéger sur la Toile ? Quels sont les dangers qui nous guettent lorsque nous nous connectons et comment les éviter ? Gisèle Fournier, auteure du Guide d’autodéfense sur Internet (First) avec Daniel Ichbiah, nous éclaire.

Quels sont les dangers que l’on peut rencontrer sur Internet ?

Gisèle Fournier : Plus la technologie progresse, plus elle offre de possibilités de connexions, et plus les risques de se faire voler des données sensibles sur Internet se multiplient, c’est presque mathématique. Il est donc vraiment important que notre vigilance se renforce dans le même sens. Le danger provient surtout de la facilité d’utilisation de tous les objets connectés livrés à notre consommation, ainsi que de notre impatience à obtenir les informations voulues. À chercher des réponses rapides, nous prêtons moins attention aux résultats qui s’affichent – ​​et c’est cette faille qu’exploitent les cyberattaquants.

En cliquant sur un lien de résultat de recherche, vous pouvez vous heurter à du phishing (le fait d’obtenir des données confidentielles, comme vos numéros de carte bancaire, en se faisant passer pour un site officiel), à un cheval de Troie ( un code ou un programme qui prend le contrôle de votre ordinateur et y cause des dommages), à un virus ou encore à une arnaque pour vous soutirer directement de l’argent. Le pire de tous étant le ransomware (hameçonnage en français), où toutes vos données numériques sont « kidnappées » jusqu’à ce que vous ayez versé une rançon aux pirates.
Nos moteurs de recherche sont aujourd’hui plutôt bien équipés pour empêcher les sites corrompus de s’afficher, nos polices antivirus la chassent à de nombreux indésirables, mais la protection 100 % n’est jamais garantie.

C’est un véritable jeu d’échec qui se joue. Les experts en cybersécurité doivent inlassablement déjouer les attaques, trouver des parades, combler les failles… leur objectif étant d’avoir, si possible, un coup d’avance sur l’adversaire. Mais le reste est entre nos mains, car ces voies d’entrée sont souvent dues à nos négligences en matière de sécurité.

Quels sont les moyens de s’en protéger ?

L’éducation est le premier moyen de se protéger sur Internet. Par exemple, que vous dit votre banque sur les emails qu’elle envoie ? Elle précise qu’elle ne vous demandera jamais vos identifiants et mots de passe. Chaque site officiel précise ce qu’il peut vous envoyer comme email et ce qu’il ne vous demandera jamais. Ensuite, il est important d’avoir un antivirus à jour non seulement sur votre ordinateur de bureau ou ordinateur portable, mais également sur votre smartphone et sur vos tablettes diverses.

Un VPN est un plus, car il rend quasi impossible d’accéder à votre IP. Lorsque vous créez un compte sur un site commerçant ou autre, privilégiez les mots de passe forts proposés parfois (pas toujours) par le site. Chaque fois que vous recevez un spam, déclarez-le comme tel.
Avec le temps, il finira pas disparaître et vous ne serez pas tenté de cliquer dedans.
Dernier conseil : ne cliquez jamais sur un lien reçu par e-mail, mais allez directement sur le site que vous connaissez, en tapant son adresse dans votre moteur de recherche.

Quels sont les outils à connaître pour naviguer en toute sécurité ?

Dès qu’il y a un pare-feu, un antivirus, un antispam et un VPN, il ne reste plus que l’erreur humaine. Une bonne pratique à retenir également, c’est de désactiver son bluetooth tant qu’il n’est pas nécessaire de voiture les données de votre smartphone peuvent être volées de cette façon grâce à un programme exécuté à courte distance par quelque personne mal intentionnée.

Il faut savoir que naviguer en mode privé n’est pas une protection contre les virus ; Simplement, l’historique n’est pas enregistré en local et les cookies ne sont conservés que le temps que la session est ouverte. Mais vous restez visible pour les sites que vous consultez et leurs annonces, pour votre fournisseur d’accès et pour les moteurs de recherche.

Quelles applications utiliser pour communiquer en toute sécurité ?

Whatsapp a été pendant un temps une appli fiable pour communiquer de façon sécurisée, mais le fait qu’elle a été rachetée par Facebook en 2014 a quelque peu attaché sa réputation. Sans avoir de preuves réelles de ce que dévenaient leurs données, nombreux sont ceux qui ont préféré se rabattre sur Signal en 2018. Pour l’anecdote, Brian Acton, l’un des deux cofondateurs de Signal, est le même qui a vendu WhatsApp à Facebook. Whatsapp reste cependant très utilisé. Proton Mail est une application, à mon sens, plus fiable pour sécuriser ses données.

L’utilisation de Signal et Telegram est-elle une bonne alternative ?

Le signal est chiffré de bout en bout, donc est a priori une application pour la sécurité de ses données. Vous pouvez également relayer les appels par un serveur Signal pour éviter de divulguer votre adresse IP à votre contact. Telegram et WhatsApp sont devenus les applis favorites des Russes depuis la censure de leurs réseaux sociaux Facebook, Instagram, TikTok et YouTube (Facebook et Instagram ont tout simplement été interdits pour « extrémisme »).
Télégramme a été créé par deux frères russes. L’appli propose un chiffrage des messages texte, audio, vidéos, photos. Ce sont ces outils de chiffrement dont se plaignent les services de renseignement et la justice. Un gage de fiabilité ?

Pour ce qui est des emails et des moteurs de recherches, privilégier ?

Qwant, DuckDuckGo sont de bons moteurs de recherche pour ce qui est de la sécurité de nos données privées, encore que DuckDuckGo soit américain et ne fasse peut-être pas autant cas de la protection de notre vie privée que les Européens. Qwant est un moteur de recherche français qui s’appuie donc sur le RGPD, mais cela ne garantit pas votre sécurité pour autant. Nous sommes juste dans la gestion des données privées par le moteur de recherche. Il n’offre aucune garantie supplémentaire contre le piratage informatique.

Du côté des messageries, Proton Mail est une messagerie web chiffrée de bout en bout. Même les contacts sont chiffrés. Ce qu’on aime ici, c’est qu’il est open-source (c’est-à-dire que personne n’en a le contrôle exclusif) et que les serveurs de données se trouvent en Suisse, donc légalement hors d ‘atteinte des autorités américaines ou européennes. Il existe également Thunderbird, lui aussi open-source, mais qui est du mal pour l’instant à récupérer les adresses de Yahoo.

Sont-ils plus sûrs que les traditionnels Google et Outlook ?

Pour la protection des données, Qwant se situe au dessus de Google, mais tous les moteurs de recherche font de gros efforts pour rester sûrs face aux cyberattaques. La messagerie Outlook sera toujours moins sûre que Proton Mail, par exemple. En outre, Outlook est boudé par Gmail et Yahoo, qui le fournit peu sécurisé et bloque souvent l’authentification. Vérité ou guerre des profits, Outlook reste néanmoins le logiciel de messagerie le plus utilisé par les professionnels.

Comment éviter le vol de données sur Internet de manière simple ?

L’erreur est et reste toujours humaine. La meilleure façon d’éviter le vol de données sur Internet est d’en enregistrer le moins possible dessus, d’utiliser tous les outils de sécurisation proposés par les sites et de ne jamais cliquer sur un lien provenant d’un e-mail que vous avez reçu. Et bien sûr, d’avoir toujours votre antivirus à jour. Même s’il y a bien plus de choses à apprendre sur la sécurité sur Internet, c’est déjà un bon début.

Auriez-vous des astuces pour éviter les mauvaises surprises ?

Vérifier l’orthographe dans le message reste encore (on espère pour longtemps) un moyen assez fiable pour repérer si on a ou non affaire à un escroc. Ne vous reposez pas sur les logos, ils sont aujourd’hui souvent bien reproduits. Examinez l’adresse du site dans la barre d’adresse du moteur de recherche : est-ce vraiment la bonne ? Il s’affiche parfois le symbole du point sur, ou sous certaines lettres – qui est la nouvelle façon discrète de voler l’adresse d’un site officiel. Si vous trouvez un tel point dans l’adresse, c’est que vous avez affaire à un faux site.

Une astuce très simple pour repérer les arnaques est d’avoir une adresse de messagerie différente pour chaque activité. Par exemple, vous créer une adresse pour tous les achats que vous faites en ligne, une autre pour tout ce qui concerne votre travail, une autre pour les amis et la famille, une autre pour les inscriptions administratives, etc. Ainsi, lorsque vous recevrez un email sur votre adresse de travail vous disant que vous venez de gagner, grâce à vos achats, une croisière dans les îles Canaries, vous saurez tout de suite que c’est une arnaque.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *