google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

progressivement, la pesanteur sur les comptes de Bombardier Transport devrait se réduire


Une rame du TGV Lyria, fabriquée par Alstom, qui dessert la Suisse. Elena Dijour/Elena Dijour – stock.adobe.com

Les résultats semestriels de l’équipementier ferroviaire sont encore marqués par les contrats sans marge récupérés de Bombardier Transport. Mais cet effet se réduit et la génération de cash se redresse.

Les publications financières d’Alstom suscitent toujours des réactions difficiles à la Bourse de Paris: à la suite des comptes semestriels présentés mercredi soir, l’action connaît sa deuxième séance de baisse d’environ 3%. Reste que vers 24€, elle a repris 28% sur un mois, faisant trois fois mieux que le CAC 40.

Pour l’équipementier ferroviaire, le 1er semestre 2022/2023 (soit d’avril à septembre) s’est soldé sur une perte nette (part du groupe) de 21 millions d’euros, à peine moins qu’un an plus tôt (26 millions). En cause: «l’affectation du prix d’acquisition» de Bombardier Transport (soit l’amortissement consécutif à cette acquisition qui commence mal), toujours proche de 200 millions d’euros sur la période.

Marge d’exploitation et carnet en hausse

Le groupe met en avant les comptes ajustés de cette charge, qui donnent une idée plus précise de sa réalité opérationnelle, soit 179 millions (+ 4,1%) pour le bénéfice net, et 397 millions pour le résultat d’exploitation (+ 18%), soit une marge portée de 4,5 à 4,9%.

Toujours en «remontant»…

Cet article est réservé aux abonnés Bourse et placements. Il vous reste 54% à découvrir.

Le meilleur du conseil boursier : 0,99€ seulement

annulable à tout moment

Déjà abonné au Figaro Bourse et placements ?
Connectez-vous



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *