google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Logement ancien : tassement des volumes de vente et hausse continue des prix


Selon le dernier bilan immobilier des Notaires de France*, le marché du logement ancien a été marqué cette année par un « tassement des volumes de vente » et des prix qui « continuent de progresser ».

Pour preuve, à fin septembre, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois en France est révélé à 1 133 000, contre 1 206 000 à fin septembre 2021. « Le volume annuel de transactions est orienté à la baisse depuis le 4e trimestre 2021, après la hausse survenue entre fin 2020 et le 3e trimestre 2021 », notent les Notaires de France.

Hausse des prix plus importante en Province qu’en Île-de-France au T4 ?

Les prix des appartements anciens en France métropolitaine ont par ailleurs légèrement diminué de 0,9 % au T3 2022 par rapport au T2 2022. « Les évolutions enregistrées sur les trimestres précédents sont positives et comprises dans des proportions similaires (+1,2 % au T2 2022, +1,2 % au T1 2022, +0,7 % au T4 2021 et +1,4 % au T3 2021). »

L’évolution annuelle est légèrement inférieure à celles constatées ces deux dernières années (+5,3 % au T3 2021 et +6,6 % au T3 2020) et correspond à celle relevée en 2019. Il y a deux ans, les évolutions annuelles des les prix entre l’Île-de-France et le reste de la France métropolitaine étaient comparables (+6,7 % et +6,5 % respectivement). « Mais alors que la hausse s’est atténuée en Île-de-France (+2,6 % l’an dernier et +0,2 % cette année), elle s’est maintenue sur le reste de la France (+7 ,7 % en 2021 et +7,1 % en 2022) », détaillent les Notaires de France.

Toujours sur les prix des appartements anciens, les projections sur le T4 2022 laissent présager d’une poursuite de la hausse annuelle des prix en Province (+6,9 %) et d’une hausse plus mesurée pour l’Île-de-France (+1,5 %). « À fin janvier 2023, les projections indiquent des évolutions annuelles qui seraient de l’ordre de +1 % pour l’Île-de-France, +6 % pour la Province et +4 % pour la France métropolitaine. »

Progression de 18 % du prix des maisons anciennes en deux ans

À l’échelle de la France métropolitaine, les prix des maisons anciennes au T3 2022 ont augmenté de 1,9 % au T2. Le constat est similaire pour la Province (+1,9 %) et l’Île-de-France (+1,5 %). Comme pour les appartements anciens, le rythme de progression trimestriels des indices au niveau de la France métropolitaine est comparable à celui des trimestres précédents (+1,5 % au T2 2022, +2,1 % au T1 2022, +2,4 % au T4 2021 et +2,2 % au T3 2021).

« Sur un an, l’évolution des prix a atteint +8,2 % au T3 2022 (+5,7 % en Île-de-France et de +8,6 % pour le reste de la France) et fait suite à la forte hausse de +9,1 % enregistrée il y a un an. L’évolution a ainsi atteint +18 % dans l’espace de deux ans (+23 % en trois ans) », rapporteur les Notaires de France.

Les projections sur le T4 2022 augurent d’une hausse des prix sur un an légèrement en deçà des évolutions constatées sur le T3, +7,3 % pour la Province et +3,1 % pour l’Île-de-France. « À fin janvier 2022, les projections indiquent des évolutions sur un an de l’ordre de +3 % pour l’Île-de-France et de +7 % environ à l’échelle de la France métropolitaine et de la province. »

« Après une année 2021 atypique, l’année 2022 se caractérise d’une part par un tassement des volumes de l’ordre de – 5,4 % sur douze mois à fin septembre et d’autre part par des prix toujours orientés à la hausse, plus fortement pour les maisons que pour les appartements, déclare maître Edouard Grimond, porte-parole du bureau du CSN, en charge de l’immobilier et du logement. Pour les semaines à venir, nous anticipons la lente décrue des volumes, alors que la mécanique du taux d’usure peut conduire à différer une signature de vente voire la compromettre. Par ailleurs, le ralentissement de la hausse des prix s’est enclenché quand bien même la baisse n’est pas pour tout de suite. Sur le moyen terme, en revanche, nous restons prudents dans nos inquiétudes, la situation macro-économique et le contexte géopolitique demeurant incertains. Dans un contexte de sobriété énergétique, la qualité des biens pourrait avoir un impact croissant sur les prix ».


*Bilan immobilier des Notaires de France ci-joint.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=3bf391e11277385bf3861797408]