google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Les recettes fiscales en Asie et dans le Pacifique touchées par le ralentissement économique antérieur à la COVID


21/07/2021 – Selon un nouveau rapport de l’OCDE, les recettes fiscales ont chuté en 2019 dans les deux tiers des économies d’Asie et du Pacifique en raison d’un ralentissement économique antérieur à la pandémie de COVID-19.

Statistiques des revenus en Asie et dans le Pacifique 2021lancé aujourd’hui lors d’un atelier de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) sur les réponses de politique fiscale à la pandémie de COVID-19, montre que le ratio moyen impôts/PIB pour les 24 économies de la région Asie-Pacifique couvertes par le rapport était 21,0 % en 2019. Ce ratio est inférieur au ratio moyen impôts/PIB pour l’Amérique latine et les Caraïbes (22,9 %) et l’OCDE (33,8 %) en 2019, mais supérieur à la moyenne africaine (16,6 % en 2018).

Les ratios impôts/PIB en Asie et dans le Pacifique variaient de 10,3 % au Bhoutan à 48,2 % à Nauru en 2019. La plupart des 14 économies asiatiques du rapport avaient un ratio impôts/PIB inférieur à celui de l’Asie-Pacifique (24) moyenne de 21,0 % sauf pour le Japon, la Corée, la Mongolie et la Chine. Pendant ce temps, six des dix économies du Pacifique avaient un ratio impôts/PIB supérieur à 21,0 %, à l’exception de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Vanuatu, de Tokelau et des Îles Salomon.

Sur les 15 économies d’Asie-Pacifique où les ratios impôts/PIB ont diminué par rapport à l’année précédente, six ont enregistré une baisse de plus de 1 point de pourcentage (pp) : Chine (hors cotisations de sécurité sociale), Fidji, Samoa, Bhoutan, Îles Cook et Îles Salomon. Les chiffres du Bhoutan et des Îles Cook, où les ratios impôts/PIB ont diminué respectivement de 2,3 pp et 3,0 pp, incluent une partie de 2020 dans l’exercice 2019 et reflètent ainsi l’impact des premiers stades de la COVID-19 sur ces économies .

Parmi les sept économies dont les ratios impôts/PIB ont augmenté en 2019 par rapport à l’année précédente, la plus forte augmentation (équivalant à 12,9 pp) s’est produite à Nauru à la suite d’une augmentation des taux d’imposition sur le revenu pour les employés et les prestataires de services du centre de traitement régional. Dans les six autres économies, l’augmentation s’est élevée à moins de 1 pp à l’exception de Tokelau (1,2 pp).

Sur une période plus longue, les ratios impôts/PIB ont augmenté dans 14 des 24 économies au cours de la dernière décennie, la Corée, le Japon, Samoa, les Maldives et Nauru enregistrant les augmentations les plus importantes. Les baisses les plus importantes entre 2010 et 2019 ont été enregistrées au Viet Nam, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Kazakhstan, dans chaque cas en grande partie en raison de la baisse des recettes de l’impôt sur les sociétés (IRS) en pourcentage du PIB. En moyenne, les taxes sur les biens et services sont la principale source de recettes fiscales dans la région Asie-Pacifique (49,8 %). En ce qui concerne les impôts sur le revenu et les bénéfices, les économies asiatiques ont tendance à dépendre davantage de l’IS, tandis que les économies du Pacifique dépendent davantage de l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

Le rapport comprend également des données sur les recettes non fiscales de 16 économies d’Asie et du Pacifique. En 2019, les recettes non fiscales étaient supérieures à 10 % du PIB aux Samoa (11,0 %), aux Îles Cook (15,3 %), au Bhoutan (19,2 %), au Vanuatu (24,2 %), à Nauru (85,2 %) et aux Tokélaou (220,1 %). %). Les subventions dépassaient 30 % du total des recettes non fiscales au Bhoutan, aux Îles Cook, en RDP lao, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, à Samoa, aux Tokélaou et au Vanuatu, tandis que les revenus liés à la propriété représentaient plus de 40 % des recettes non fiscales à Singapour et au Kazakhstan. , Nauru, Thaïlande, Tokelau, Philippines, Fidji et Mongolie.

Un article spécial de la publication, rédigé par la Banque asiatique de développement (BAD), traite des défis budgétaires émergents pour la région Asie-Pacifique dans l’ère post-COVID. Il montre comment une participation active aux initiatives fiscales internationales peut aider les économies de la région à relever les défis de la mobilisation des ressources nationales à la suite de la COVID-19 et à combler le déficit de financement pour financer les objectifs de développement durable. Il décrit également comment le centre fiscal Asie-Pacifique de la BAD, récemment créé pour soutenir la mobilisation des ressources nationales et la coordination de la politique et de l’administration fiscales, pourrait aider les économies à se développer et à maintenir des finances publiques saines.

Statistiques des revenus en Asie et dans le Pacifique est produit conjointement par le Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE et le Centre de développement de l’OCDE avec la coopération de la BAD, de l’Association des administrateurs fiscaux des îles du Pacifique (PITAA) et de la Communauté du Pacifique (SPC) et avec le soutien des gouvernements irlandais , Japon, Luxembourg, Norvège, Suède, Suisse et Royaume-Uni.

Contact presse

Aussi disponibleÉgalement disponible(s)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=3bf391e11277385bf3861797408]