Les étrangers non-résidents sur le marché immobilier ancien



Les nationalités les plus présentes en 2017 parmi les acquéreurs étrangers non-résidents

En 2017, 5,4 % des transactions de logements anciens ont été réalisées sur le territoire métropolitain par des acquéreurs de nationalité étrangère, selon une étude récente des notaires de France. La tendance sur le premier semestre 2018 montre une légère augmentation de leur part (5,9 %), mais cette dernière est principalement due aux transactions intervenues en Île-de-France. Les étrangers non-résidents représentent, quant à eux, 1,6 % des acquéreurs de logements anciens en 2017 (0,7 % en Île-de-France et 1,8 % en province).

Ces proportions restent similaires sur le premier semestre 2018. La part des Britanniques parmi les étrangers non-résidents a fortement diminué entre 2016 (33 %) et 2017 (26 %), période marquée notamment par le référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne. IIs se maintient cependant depuis 10 ans à la première place des nationalités étrangères les plus présentes parmi les acquéreurs non-résidents. En revanche, les Allemands, qui occupaient en 2007 la onzième position (soit 3 % des étrangers non-résidents), ont dégradé d’une place chaque année, dépassant ainsi en 2017 les Italiens, présents dans le trio de tête depuis 2007.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.