google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Les Clés de la ville à Nice


Comme un symbole, la métropole de Nice vient de mettre en place une charte pour la qualité architecturale et la performance écologique des bâtiments : « Bâtir ensemble la ville ». C’est une charte conçue avec l’ensemble des fédérations et des réseaux professionnels qui va inciter les opérateurs immobiliers à s’inspirer de nouvelles pratiques en matière de végétalisation, de confort thermique, de performance énergétique, tout en respectant l’identité de la ville.

Ville verte de la Méditerranée

Est-ce la fin d’un certain type de construction ? « C’était l’ambition initiale de Christian Estrosi dès 2008 », rappelle Anne Ramos, adjointe au maire, chargée de l’urbanisme. « A l’époque, son slogan de campagne était Nice, ville verte de la Méditerranée. Nous sommes attachés à préserver le passé. C’est ce qui nous a valu, d’ailleurs, le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO (l’inscription de Nice sur la liste de l’Unesco repose sur un ensemble urbain de 522 hectares). Et en même temps, nous devons tenir compte de préoccupations actuelles pour bâtir la ville de demain. Chaque projet doit apporter de nouvelles vertus. En termes d’environnement, de qualité architecturale. » souligne l’adjointe à l’urbanisme.

Des projets d’aménagements selon les quartiers

Eco-Vallée, coulée verte…Parmi les projets emblématiques d’aménagement, figure l’extension de la promenade du Paillon, un parc urbain allant du Théâtre National de Nice jusqu’à la mer. « Nous avons besoin de lieux de respiration, de verdure, d’espaces végétalisés. Il y aura aussi un grand Parc à l’ouest de la ville. Nous travaillons quartier par quartier pour les projets d’aménagements. Et nous avons encore du foncier disponible fr reconversion » indique-t-elle.

Les recettes pour répondre aux attentes ? Anne Ramos, se projette : « Que les gens peuvent trouver, ce dont ils ont besoin, à proximité. Éviter de longs trajets. Nous nous penchons sur l‘extension des transports en commun. Cela veut dire prévoir les équipements, les crèches, les écoles…Se mettre au service des citoyens. Nous sommes dans le développement, l’attractivité de la ville. De plus en plus de gens de l’extérieur viennent s’établir à Nice. Avec le télétravail, ils choisissent la qualite de vie. C’est ce que l’on offre ici. »

La vidéo Intégrale de l’émission

Une forte demande dans le neuf

Au cours de l’émission, Lionel Séropian, directeur général adjoint Logement de Nexity, fait état de projets, conscient des nouveaux enjeux et des défis climatiques. « En tant que professionnels de l’immobilier nous nous inscrivons dans la ville durable de demain avec des économies de charges, des matériaux biosourcés » précise-t-il. « A Nice, le centre est une vitrine de ce que l’on doit faire et nous devons prendre en compte le tissu ancien qui est à requalifier, reconquérir. Nous travaillons sur ces sujets de transformation de la ville existante. L’immobilier comme l’urbanisme, c’est du bon sens. Concevoir une ville ou un projet, c’est tenir compte de l’existant. Il faut accompagner la transformation de notre société. Il y a les modèles du coliving qui sont en plein essor. A titre d’exemple, nous co construisons une résidence étudiante (route de Turin), dotée d’une centaine de logements. » précise le représentant régional de Nexity.

Dissocier le foncier du bâti

Si la production de logements à l’échelle de la Métropole a été fixée au départ à 3 500 par an, selon le PLH, l’offre neuve est baissière à Nice comme dans la quasi-totalité des régions de France. Une pénurie de nouveaux logements qui pèsent sur les prix. Il faut sans cesse s’adapter, inventer des modèles innovants, car la demande est forte. « Notre métier est de loger tout le monde, au bon endroit et au bon prix » assure Norbert Fanchon, président du Groupe Gambetta, dans la séquence « Parlons Territoires » de Arkea entreprises et institutionnels. « Après Paris, les Alpes Maritimes sont le département le plus cher de France. Parmi les pistes à l’accession, la formule du bail réel solidaire, qui permet de dissocier le foncier du bâti, est porteuse ». Norbert Fanchon milite, lui aussi, pour une mixité d’usages avec des innovations dans les produits comme dans les matériaux.

L’attractivité du marché ancien

UN 5 300 €/m2 en moyenne mais avec des rendements selon les secteurs, les prix de l’immobilier à Nice ne sont pas près de s’effondrer. Maitre Sabine Debusigné est catégorique : « Cette année, le marché niçois a connu une forte croissance, quel que soit le produit, quel que soit le quartier. Certes, l’évolution des conditions de crédits, la hausse des taux ont freiné certains dossiers mais il est indéniable qu’il y a eu un effet post-Covid. Nice est vraiment une ville très attractive, un carrefour stratégique, entre bord de mer et montagne à proximité de L’Italie. De nombreux jeunes entrepreneurs, franchissent le cap en ayant deux lieux de vie, ils n’hésitent pas à venir s’installer à Nice. » témoigne la représentante du CSN dans la séquence « Parlons biens ».

Secteurs porteurs

Des jeunes, des actifs mais aussi des retraités et une clientèle internationale huppée, convergent vers cette perle de la French Riviera, à la fois attirante et inspirante. Parmi les secteurs à suivre « Le quartier de la Libération a vu des nombreuses acquisitions, suivi de rénovations ce qui embellit la ville. phénomènes quartier du portbaptisé « le petit Marais » (en référence au quartier chic et historique parisien) et Nice Ouest. Les prix s’emballent. » prévient Maître Debusigne qui ajoute que les diagnostic de performance énergétiqueles normes sur l’état des biens, constituant désormais, des axes de négociations.

La rénovation des logements énergivores

La transition énergétique du parc de logements relève autant de l’urgence climatique que de l’urgence sociale, souligne Claire Gagnaire, secrétaire général du groupe Hellio, spécialiste multi-secteur de l’efficacité énergétique dans la rubrique « Parlons mieux ». L’occasion de rappeler que depuis le mois d’août, le gel des loyers des logements classés en étiquette F et G est effectif.

A partir d’avril 2023, viendra l’obligation de réaliser un audit énergétique pour vendre ces logements classés F et G. Puis, progressivement, l’interdiction de louer les logements est considérée comme Passoires énergétiques. Dressant un panorama du parc niçois constitué de 232 000 logements dont 92 % d’appartements et un tiers de logements énergivores, Claire Gagnaire livre des conseils pratiques avec des exemples illustrés à la clé pour rénover efficacement.

Au cours de l’émission, des reportages, une visite guidée de la ville en images et des témoignages sur l’histoire de Nice.

A voir et à écouter !

Anne Ramos, Sylvain-Lévy Valensi (radio immo), Olivier Marin (Figaro Immobilier)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *