L’éolien en mer, retards et ambitions de la France


Montage et assemblage d'éoliennes au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 12 avril 2022

Montage et assemblage d’éoliennes au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 12 avril 2022 (AFP/Archives/Sebastien SALOM-GOMIS)

Le parc éolien de Saint-Nazaire, où se rend Emmanuel Macron jeudi, est le tout premier champ offshore à entrer en service au large des côtes françaises, en attendant peut-être la quarantaine d’autres envisagés par l’Etat. Voici où en est la France, en retard par rapport à d’autres pays comme le Royaume-Uni.

– Les chantiers

La France, qui compte 2.800 km de côtes, a décidé de se lancer dans l’éolien en mer dès 2009, mais aucun projet ne s’était matérialisé jusqu’à cette année.

De procédures administratives en recours en justice, il faut aujourd’hui en moyenne 10 ans pour qu’un site entre en service dans l’Hexagone, quand il en faut cinq en Allemagne, six au Royaume-Uni… et quand le pionnier mondial, le Danemark, installait sa première turbine en 1991.

Saint-Nazaire, attribué dès 2012 à EDF et au canadien Enbridge, est donc le tout premier à émerger: 80 éoliennes, réparties entre 12 et 20 km au large du Pouliguen et du Croisic, sur 78 km2. Une puissance installée de 480 mégawatts (MW) capable d’alimenter 700.000 personnes.

Projet à 2 milliards d’euros, ce chantier a vu ses premières fondations sortir de l’eau en 2021, la première éolienne a été raccordée au printemps 2022, la dernière en septembre. Il devrait entrer en production complète d’ici la fin 2022.

L'éolien en mer en France

L’éolien en mer en France (AFP/Baptiste QUEUCHE)

Au total, sept parcs (3,6 gigawatts pour l’ensemble) ont à ce jour été attribués à des opérateurs. Les chantiers de Saint-Brieuc, objet de frictions avec les pêcheurs, Courseulles-sur-Mer et Fécamp sont en cours de construction.

Sur le front industriel, le pays accueille notamment les usines de GE à Saint-Nazaire et Cherbourg, Siemens Gamesa au Havre. Selon l’Observatoire des énergies de la mer, la filière a fourni en 2021 plus de 6.000 emplois.

– Les projets

D’autres appels d’offres ont été lancés, en Bretagne et pour la première fois en Méditerranée. Un autre doit l’être d’ici la fin 2022 pour un second parc au large du Calvados (“Centre Manche 2”).

L’appel d’offres de Méditerranée concerne la construction d’ici 2030 de deux parcs flottants. Cette technologie en développement, encore jamais utilisée pour un parc commercial en France, est souvent vue comme l’avenir de l’éolien marin car permettant de s’implanter en grandes profondeurs, ce qui présente plusieurs avantages: il y a plus de vent, et les éoliennes sont plus loin des côtes, donc des regards.

Chantier de construction des bases en béton des éoliennes d'un futur champ en mer au large de Fécamp (Seine-Maritime), le 14 février 2022

Chantier de construction des bases en béton des éoliennes d’un futur champ en mer au large de Fécamp (Seine-Maritime), le 14 février 2022 (AFP/Archives/Sameer Al-DOUMY)

Parmi les projets, celui d’Oléron a fait l’objet d’un débat public nourri. L’emplacement prévu a d’ailleurs été éloigné des côtes. Il prévoit la construction d’ici 2030 d’un parc posé sur les fonds marins, qui pourra être complété d’un second parc.

Des ONG, préoccupées par la conservation des oiseaux, et la mairie de Saint-Pierre-d’Oléron, inquiète pour la pêche, viennent d’annoncer des recours pour qu’il soit encore éloigné.

– Les ambitions

Si la France veut atteindre en 2050 la neutralité carbone pour lutter contre le réchauffement climatique, toutes les projections mettent en avant un rôle indispensable pour l’éolien en mer, que le pays relance le nucléaire ou pas.

Pour RTE, le gestionnaire du réseau électrique, il en faudra 22 à 62 GW, selon les combinaisons choisies.

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron soutient l’implantation de 50 parcs (40 GW) au total d’ici 2050.

Mais cette perspective signifie accélérer le rythme des projets.

Floatgen, première éolienne en mer française, flottante, au large du Croisic (Loire-Atlantique)

“Floatgen”, première éolienne en mer française, flottante, au large du Croisic (Loire-Atlantique) (AFP/Archives/Christophe ARCHAMBAULT)

La filière appelle à une planification par façade maritime pour y arriver, et cite en exemple l’Allemagne et sa cartographie fine aux zonages tracés pour le court et le long terme.

Le projet de loi pour l’accélération des renouvelables, attendu en Conseil des ministres le 26 septembre, inclut cette mutualisation des débats par façade maritime.

Le secteur demande à l’Etat de prépositionner de grandes zones potentielles avant d’affiner les débats localement, mettant en garde contre un “trou d’air” après 2023, date des derniers appels d’offres prévus à ce jour.

© 2022 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.