Le baril de pétrole repasse sous les 100 dollars


Le prix de l’or noir glisse et continue d’évoluer sous les 100 dollars le baril. Toujours volatil face aux inquiétudes sur la croissance mondiale, le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre, a cédé plus de 5 % ce lundi, à 93,64 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord qui était encore à plus de 120 dollars début juin a perdu quant à lui 3,88 % à 99,94 dollars (pour livraison en octobre). « Les prix du pétrole sont en baisse en ce début de semaine, les investisseurs se concentrent sur la prochaine réunion de l’Opep + mercredi », a commenté Craig Erlam, analyste d’Oanda.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés doit se remplir cette semaine pour définir la politique de production pour septembre. Alors que les États-Unis ont fait pression sur l’Arabie saoudite pour que le géant de l’or noir augmente sa production, contribuant ainsi à augmenter la pression sur la Russie. Moscou et Riyad ont récemment réaffirmé leur engagement commun en faveur d’un marché stable.

« Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles le pétrole est en baisse », lui a expliqué Giovanni Staunovo, analyste des matières premières chez UBS Group, citant en particulier le tassement de l’activité manufacturière en Chine. L’indice d’activité des directeurs d’achat chinois (PMI), s’est établi à 50,4 points le mois dernier, contre 51,7 points en juin. Les analystes anticipaient un ralentissement plus modéré (51,5) de cet indice très suivi par les marchés. Ou un ralentissement économique au cœur de l’économie chinoise pourrait faire baisser la demande en pétrole et donc contribuer à faire baisser globalement les prix.

Baisse du prix à la pompe en France

Dans le sillage des cours du brut, les prix des carburants routiers vendus en France ont du coup continué leur recul la semaine dernière, selon des données officielles publiées lundi. La gazole valait ainsi 1,8782 euro le litre en moyenne, en recul de 5,61 centimes par rapport à la semaine précédente, selon des données arrêtées vendredi et publiées par le gouvernement. Le super sans plomb 95 était pour sa part vendu 1,8448 euro (-7,92 centimes) et le super sans plomb 95-E10 1,8082 euro (-6,21 centimes).

Les prix sont ainsi largement redescendus de leurs récents sommets alors qu’ils dépassaient encore les 2 euros en moyenne début juillet . En France, le prix prend cependant actuellement en compte une ristourne de 18 centimes par litre de carburant en métropole continentale et certains distributeurs comme TotalEnergies appliquent des ristournes supplémentaires.

Avec agences

Comment affronter la montée des incertitudes ?

Inflation, hausse des taux d’intérêt, Ukraine et maintenant incertitude politique, les chocs se multiplient. Pour évaluer dans un environnement de plus en plus complexe, l’expertise de la rédaction des Echos est précieuse. Chaque jour, nos enquêtes, analyses, chroniques et édito accompagnent nos abonnés, les aident à comprendre les changements qui transforment notre monde et les préparent à prendre les meilleures décisions.

Je découvre les offres



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.