L’Afghanistan interdit le bitcoin | Les Échos


Publié le 9 sept. 2022 à 14:29Mis à jour le 9 sept. 2022 à 14:45

En Afghanistan, les talibans interdisent l’usage du bitcoin et des cryptomonnaies. Ennemis des libertés politiques, individuelles et économiques, ils veulent imposer un ordre monétaire totalitaire. Et un seul moyen de paiement, l’afghan. Après avoir interdit le trading des particuliers sur les monnaies traditionnelles, une activité jugée non conforme à l’islam, et tenté de décourager l’usage du dollar, ils s’en prennent au bitcoin. Ils ont fermé 16 plateformes d’échange dans la province d’Hérat et procédé à des arrestations, selon Aryan News. Confrontée à une pénurie de liquidités, la Banque d’Afghanistan a déclaré que le trading du bitcoin « causait de nombreux problèmes et entraînait des fraudes au détriment de la population ». En avril 2019, le précédent gouvernement avait dû démentir le projet d’émission d’une obligation exprimée en bitcoin, à une époque où il valait 5.400 dollars contre 20.400 dollars aujourd’hui.

En Afghanistan, seul un habitant sur cinq dispose aujourd’hui d’un accès Internet, soit 9 millions de personnes, alors que plus des deux tiers de la population ont un téléphone mobile. Malgré le faible développement du pays et de ses infrastructures, il était classé 20e sur 154 sur son degré d’adoption des cryptos en 2021, avant l’arrivée des talibans au pouvoir, selon Chainalysis. Pour échanger leurs bitcoins, ils ont recours à des plateformes qui mettent en relations des particuliers, comme LocalBitcoins. L’hyperinflation, la chute de l’afghani et l’impossibilité de retirer plus de 350 dollars par semaine dans leur banque, peuvent conduire ceux qui en ont les moyens et la possibilité de chercher refuge sur le bitcoin et les cryptos stables ou « stablecoins » (crypto dont la valeur est stable par rapport à une monnaie comme le dollar).



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.