google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
ACTUALITESBLOG

la Maif au chevet de la Smacl, fragilisée par le lit des meutes

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

L’assureur dédié aux collectivités locales et mis en grandes difficultés par le coût des émeutes du début de l’été en France, la Smacl, va bénéficier de plusieurs dizaines de millions d’euros injectés par son actionnaire principal la Maif, a annoncé jeudi fils directeur général Patrick Blanchard.

Ce soutien financier se traduira dans un premier temps par la souscription d’une dette subordonnée de 56 millions d’euros, aux conditions de marche, par les actionnaires, notamment la Maif, a indiqué M. Blanchard lors d’une conférence de presse.

Il est également envisagé dans un second temps une augmentation de capital qui souscrirait de nouveaux nos actionnaires, dans une fourchette de 45 à 65 millions d’euros, à-il représailles.

La Maif possède 86% du capital de la Smacl et pourrait à terme atteindre les 90%.

La Smacl a reu plus de 600 déclarations de sinistres en lien avec les violences urbaines survenues fin juin et début juillet, la suite de la mort de Nahel, un adolescent tu le 27 juin par un policier lors d’un contrôle routier Nanterre.

Aujourd’hui, on estime (le coût des sinistres) plus de 63millions d’euros sur la branche dommages aux biens, auquel vient s’ajouter 1,5million d’euros de dommages automobiles, a précis lors de cette même conférence de presse Elodie Alleau, directrice indemnisation la Smacl.

Si c’est moins que les 100 millions d’euros redoutés dans un premier temps, l’impact n’est pas sans conséquence pour l’assureur des écoles, mairies et autres centres des conseils départementaux et régionaux, en représailles Mme Alleau.

Assurance automobile : économisez jusqu’à 380 € grâce notre comparateur en ligne

Dficitaire, la Smacl espère toujours redevenir rentable en 2026, en durcissant les conditions de garanties de ses clients et en ne remplaçant pas systématiquement les départs naturels (dmissions, retraites) dans ses rangs.

Les limitations de garanties et autres augmentations importantes de franchises en cas d’meutes aboutiront une prise en charge qui sera vraiment plus conséquente par les collectivités, a précisé M. Blanchard, une question de survie pour l’assureur, selon lui.

Des avenants aux contrats de plus de 150 collectivits ont d’ailleurs t envoyes par la Smacl au mois d’aot.

Au total, le coût des dégradations aux violences urbaines avait t valorisé le 6 septembre 730 millions d’euros par la fédération professionnelle France Assureurs.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *