la Fed doit agir contre l’inflation, déclare son président


Le temps presse, face à l’inflation, a alerté jeudi le président de la Fed, Jerome Powell, justifiant la nécessité d’agir conformément, afin d’éviter une redite des années 1970 et 1980, avec leur spirale inflationniste et des mesures drastiques verser la jugulaire

Nous devons agir comme nous l’avons fait, et nous devons persévérer jusqu’à ce que le travail soit terminé. Pour viter cela, a dclar le prsident de la banque centrale amricaine (Fed) lors de la confrence montaire annuelle du Cato Institute.

Nous pensons que nous pouvons viter le genre de cots sociaux trs levs que la Fed avait, l’poque, d’imposer pour faire reculer l’inflation et mettre en place une longue priode de stabilit des prix, at-il ajout.

Les États-Unis ont connu une période de très forte inflation dans les années 1970, et jusqu’au début des années 1980. La hausse des prix avait atteint les 15 % sur un an.

Jerome Powell a voqué que Paul Volcker (président de la Fed de 1979 1987, NDLR) et la Fed ont fait pour enfin maîtriser l’inflation après plusieurs tentatives infructueuses, déterminé que le public en était venu considérer une inflation plus leve comme la norme et s’attendre ce qu’elle continue.

De telles anticipations d’inflation entretiennent la spirale inflationniste, rendant encore plus douloureuse la lutte contre cette hausse des prix.

Le temps presse, a encore averti Jerome Powell.

Il soulignait par ailleurs que l’histoire mettait en garde contre un assouplissement précoce de la politique montaire, signalant que la Fed a réduit sa politique pour ralentir la consommation, malgr les craintes de récession.

Marche de l’emploi tendu

La banque centrale américaine a relevé ses taux directeurs quatre reprises depuis mars, et ceux-ci se révèlent désormais dans une fourchette de 2,25 2,50%.

Elle devrait les relancer de nouveau le 21 septembre, lors de sa prochaine réunion. Une nouvelle forte hausse, de trois quarts de points de pourcentage, est sur la table.

La Banque centrale européenne (BCE) a elle aussi agi avec force jeudi, en pertinent ses taux de trois quarts de points, du jamais-vu de ce ct-ci de l’Atlantique.

Aux Etats-Unis, l’inflation a ralenti en juillet, après avoir atteint en juin un plus haut depuis plus de 40 ans. Elle reste cependant très élevée, 8,5% selon l’indice CPI et 6,3% selon l’indice PCE, suivi par la Fed.

Jusqu’à’ 150 € de prime l’ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

L’inflation CPI pour aot sera publiée mardi prochain.

L’objectif de la Fed est de ramener l’inflation à 2 %, niveau considéré comme sain pour l’économie.

Nous espérons obtenir une priorité de croissance (économique) inférieure à la tendance, ce qui amnera le mars du travail retrouver un meilleur équilibre, puis cela ramnera les salaires des niveaux plus compatibles avec 2 % d’inflation dans le temps, un résumé du président de la Féd.

Car le marché de l’emploi reste très tendu, avec une pénurie de travailleurs importante, contribuant à l’augmentation des prix et des salaires.

Le choc sur l’offre de main-d’œuvre que nous avons causé la pandémie chez important et inattendu, et malheureusement persistant, a soulign Jerome Powell.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.