google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
BLOGBOURSE

La Bourse de Paris termine en nette hausse après l’inflation américaine et grâce

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

La salle de contrôle d’Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a terminé en nette hausse, de 1,52%, jeudi, portée par une inflation aux États-Unis moins élevée que ce qui était anticipé par les analystes et par le rebond du secteur du luxe, après des annonces en Chine.

L’indice vedette CAC 40 a gagné 111,58 points, à 7.433,62 points. La veille, il avait terminé en hausse de 0,72%.

« Le gros chiffre de la journée a été l’inflation (CPI) américaine », note Sophie Chauvellier, gérante de Dorval AM.

Pour la première fois depuis juin 2022, l’inflation aux États-Unis est repartie à la hausse en juillet sur un an (3,2% contre 3,0% le mois dernier), mais les analystes prévoyaient cependant un rebond un peu plus fort, à 3,3%, selon le consensus de Market Watch.

L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix de l’énergie et de l’alimentation, a quant à elle continué à ralentir sur un an, à 4,7% contre 4,8%. Cette mesure est considérée par les économistes comme un signal plus pertinent sur la direction que prend l’inflation.

« On est dans une logique de décélération [conforme aux] objectifs de la banque centrale américaine (Fed). S’il devait y avoir une dernière hausse de taux ce ne serait pas avant l’automne », estime Sophie Chauvellier.

« Le point d’interrogation sur l’inflation est toujours porté sur l’emploi, qui reste très fort », ajoute l’analyste.

« On veut une remontée progressive du taux de chômage, pour avoir moins de tension sur le marché du travail », ce qui pousserait ainsi la Fed « a avoir moins besoin de resserrer les conditions financières », détaille-t-elle.

Les marchés ont ainsi été aussi poussé par l’augmentation des demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux États-Unis, à leur plus haut niveau en un mois, selon un indicateur publié jeudi.

Le secteur du luxe a bondi dans le sillage d’une annonce de la Chine: Pékin a levé jeudi une interdiction en vigueur depuis la crise sanitaire pour les voyages en groupe dans plus de 70 pays, dont les États-Unis, laissant espérer le retour en nombre des touristes chinois à l’étranger.

Le géant du luxe LVMH, première capitalisation européenne et poids lourd du CAC 40, a terminé en hausse de 3,42% 834,70 euros, affichant la meilleure performance de la séance. Hermes a gagné 3,20% à 1960,20 euros et Kering 2,21% à 528,40 euros.

Le géant mondial des cosmétiques L’Oréal a gagné 3,02% à 419,10 euros.

© 2023 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *