google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

La Bourse de Paris dans l’attente des réunions des banques centrales


La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

La salle de contrôle d’Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a continué à opter pour la prudence lundi (-0,41%) mais la tendance devrait bientôt évoluer avec les réunions des banques centrales, à commencer par la Réserve fédérale américaine (Fed).

L’indice vedette CAC 40 a reculé de 27,09 points à 6.650,55 points. La semaine dernière, elle n’avait connu qu’une seule séance positive et affiché une perte hebdomadaire de 0,96%.

Après un rallye haussier depuis fin septembre, l’ambiance s’est tendue sur les marchés à mesure que la dernière salve des réunions des banques centrales de 2022 approche.

Les investisseurs seront particulièrement attentifs à la réunion de la Fed, qui commence mardi juste après la publication de l’indicateur de l’inflation CPI aux Etats-Unis pour novembre.

Si une nouvelle hausse des taux directeurs est acquise pour l’ensemble des intervenants de marché, son ampleur reste incertaine. Une majorité des investisseurs pensent que le relèvement des banques centrales américaine et européenne sera moins fort que lors de leurs précédentes réunions, une indication que la lutte contre l’inflation avance.

Toutefois, “les signaux ne sont pas clairs du tout”, notamment sur l’état de l’économie américaine sur lequel se base la Fed pour ajuster sa politique, explique Mikael Jacoby, responsable du courtage continental chez Oddo BHF. “Actuellement, les mesures sont conformes aux attentes, il n’y a ni signal positif, ni signal négatif”, juge-t-il.

Il se place dans le camp de ceux qui prévoient une forte remontée des taux, de 0,75 point de pourcentage, “pour ralentir la tendance dans le début de l’année prochaine”.

Les banques centrales occupent d’autant plus les investisseurs que l’actualité des entreprises est peu conséquente à l’approche des vacances de fin d’année.

L’OL se rapproche du but

Le cours de l’action du groupe Olympique lyonnais, qui contrôle le club de foot, a encore pris 12,40% à 2,90 euros, se rapprochant du seuil des trois euros, le montant auquel le milliardaire américain John Textor a promis d’acheter le club. L’action était descendue jusqu’à 2,10 euros la semaine passée, avec des doutes sur la concrétisation de cette opération.

Sanofi ne regarde plus Horizon

Le laboratoire français Sanofi a annoncé dimanche ne plus être en discussion avec la biotech irlandaise Horizon Therapeutics, à l’inverse de l’américain Amgen qui s’est positionné lundi pour 27,8 milliards de dollars.

L’action de Sanofi s’est replié de 0,24% à 88,52 euros. Il avait perdu près de 2% après l’annonce de ces discussions.

© 2022 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=3bf391e11277385bf3861797408]