google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

La Banque de France donne son feu vert aux banques pour la distribution de dividendes


Ni renforcement des fonds propres ni entrave solide sur la rémunération des actionnaires : le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a esquissé lundi quelques orientations pour un système bancaire français jugées résolues « ».

Les banques et les organismes d’assurance français présentent une situation financière et prudentielle robuste, a assuré M. Villeroy de Galhau dans un discours prononcé en introduction de la conférence annuelle de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme des banques.

En conséquence, rien ne nous parat justifier aujourd’hui une restriction générale sur la distribution de dividendes, comme cela avait t fait temporairement en 2020, a affirmer le gouverneur.

Aprs une anne 2021 record, les banques sont en passe de renouveler l’exploit cette anne : BNP Paribas tient toujours la corde avec un bnfice net de 8milliards d’euros entre janvier et septembre, devant les mutualistes Crédit Agricole (6,1milliards d’ euros) et BPCE (3,4milliards d’euros).

M. Villeroy de Galhau a cependant appelé la prudence en matière de rachats d’action qui sont d’ailleurs soumis à une autorisation explicite du superviseur, at-il rappel.

Il est aussi revenu sur le ratio de solvabilité des six principaux groupes bancaires français, au-dessus des exigences réglementaires et proche des plus hauts historiques 14,5%.

Une pause des exigences du Haut conseil de stabilité financière (HCSF) est selon lui justifié, mais non un relâchement.

Découvrez les meilleurs cartes bancaires gratuites grâce notre comparatif

Les régulateurs européens demandent aux banques européennes une réserve de capital en cas de retournement de la conjoncture financière. Le HCSF ajoute sa pierre à l’échelle française : un supplément, appel aussi coussin, provisionner.

Enfin, le gouverneur ne constate aucun frein au financement actuel de l’économie, notamment celui des biens immobiliers par les particuliers.

Le crédit immobilier est en France la fois le moins cher, le plus abondant, et le plus sr parmi les grands pays européens, a affirmé M. Villeroy de Galhau, malgr une remontée rapide des taux cette anne : de 1,12 % en janvier 1,84 % attendus novembre (hors frais et assurance), selon les derniers chiffres de la Banque de France.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *