ACTUALITESBLOG

Jusqu’à 5 ans de prison pour des escroqueries aux faux conseillers bancaires

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Neuf hommes impliqués dans une escroquerie aux faux conseillers bancaires ont été condamnés vendredi à Paris à des peines de deux ans d’emprisonnement avec sursis à cinq ans dont un avec sursis.

Un dixime homme cruche leurs cts entièrement relax. Au cur de ce dossier, l’escroquerie au tout, qui consiste pour les malfaiteurs se faire passer pour des agents anti-fraude de banque, après avoir acheté sur internet des données personnelles et des numéros de cartes bancaires de clients. Ils usurpent le numéro d’appel du service client de la banque grâce à la technique du spoofing (usurpation d’identité électronique) et, grâce à leur assurance et de bons renseignements, arrivent leurs fins.

Les clients valident ainsi des achats en ligne ou des transferts d’argent vers des comptes ouverts uniquement pour recevoir les fonds, puis transfrs ailleurs ou retirent en liquide dans des distributeurs.

Environ 700 victimes recensees au départ

videmment que les prvenus n’ont pas invent l’ide de se faire passer pour quelqu’un de confiance pour escroquer les gens, a dit le prsident Guillaume Daieff en rendant la dcision, tout en notant que l’escroquerie au tout tait assez neuf l’époque des faits, en 2021.

Le tribunal a estimé que les prévenus avaient bien agi en bande organisée et que la répartition des tches était claire : Il ya celui qui achète les données bancaires, celui qui appelle les cibles, celui qui achète et fournit les téléphones de travail, numéro le président. Celui qui propose les biens acheter, celui qui fournit les comptes bancaires qui serviront la caisse des fonds drobs, et ceux qui louent les voitures et les chambres d’hôtel de luxe qui serviront de base pour bosser, continue-t-il.

Dans les pas des avocats de la défense et du parquet dans ses réquisitions, le tribunal a reconnu que le jugement, estimait au départ 2,6millions d’euros, avait été largement surévalué. Gonfl l’hlium, a dit le président, reprenant l’expression des avocats. Environ 700 victimes avaient été recensées au départ, puis seules 200 s’étaient constituées parties civiles à l’audience. Au final, le tribunal n’a valide la constitution que de 37 d’entre elles.

Il a valu leur prjudice matériel total 190.000euros environ (la défense et le parquet avaient dit 180.000), estimant toutefois, comme le parquet, que certaines victimes n’avaient probablement pas été identifiées et que le véritable prjudice était sans doute plus important. Les prévenus devront rembourser les victimes.

Reproduction interdite.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *