google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

faut-il se dpcher de vendre son logement avant la chute des prix ?


Le marché de l’immobilier, jusqu’ici propice aux vendeurs, est-il en train de se retourner au profit des acheteurs ? Si certains professionnels le pensent, il est encore temps de vendre son logement avant des baisses de prix plus les prononciations.

Vendre son bien, et ne pas attendre plus longtemps pour le faire. Voici le conseil d’Immonot, le site immobilier des notaires. 81% des notaires interrogent ainsi qu’il vaut mieux vendre, contre 17% qui préconisent le contraire et 2% qui jugent plus pertinent d’attendre. Pourquoi un tel empressement ?

Comme d’autres spécialistes de l’immobilierles notaires s’attendent voir une baisse des prix dans les prochains mois. Seuls 2 % prédisent encore une hausse des prix, 54 % une baisse et 44 % leur maintien au niveau actuel. Si les vendeurs gardaient l’avantage depuis plusieurs mois, il semblerait qu’en 2023 le match immobilier tourne à l’avantage des acheteurs. Avec des biens plus nombreux sur le marché, les occasions de gagner les prix ne manquent pas, résume ainsi Immonot dans sa tendance du mars de décembre 2022.

Immobilier : vers une chute des prix en 2023 ?

Les taux de crédit grimpent

Mais est-on rellement dj rentr dans un mars l’avantage des acheteurs? Une chose est sûre, le marché immobilier est quand même port par les gens qui ont accès au crédit, rappelle Xavier Timbeau, directeur principal de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Ou, le renchrissement du lit du crédit immobilier induire naturellement une réduction de la somme que l’on peut rembourser son achat.

Alors que les taux de crédit immobilier pour un prêt sur 20 ans sont passés en moyenne de 1% 2,5% en quelques moisle courtisan Meilleurtaux calculait début novembre qu’ revenus gaux (4000euros nets par mois), un couple d’emprunteurs avait perdu 30000euros de pouvoir d’achat immobilier entre janvier et octobre 2022. Et même pour ceux qui peuvent encore acheter malgr les hausses de taux, les conditions se durcissent : Aujourd’hui, on demande presque aux gens de pouvoir acheter un bien cash pour pouvoir emprunter, dtaille Mal Bernier, porte- parole de Meilleurtaux. Forcément, cela laisse beaucoup de gens de ct : il ne reste que les gens fortuns ou les personnes plus ges qui ont vendu un premier bien et ont donc les liquidités nécessaires pour en racheter un. Et le premier trimestre 2023 ne devrait rien arranger, l’Observatoire Crédit Logement CSA anticipant des taux aux alentours de 2,80% sur 20 ans dans les prochains mois.

Pas de bons ou de mauvais moments pour vendre ?

Logiquement, difficile pour les biens de trouver des entrepreneurs sans acheteurs. Et face un ralentissement du mars, les acquéreurs se sont retrouvés en position de force pour négocier les prix. Ce qui pourrait arriver, termes, une correction de prix notable, de l’ordre de 10% 20%, prdisait Xavier Timbeau MoneyVox il y a quelques semaines. Mais pas tout de suite : Il faut le temps que le vendeur accepte de baisser son prix. Il y a toujours des acheteurs pressés, ou des acheteurs très aisés, donc cela peut faire illusion pendant quelques trimestres.

De plus, les acquéreurs n’ont pas tous déserté. Selon un communiqué du Haut conseil de stabilisation financière (HCSF) publié mercredi 13 décembre, le crédit l’habitat aux particuliers continue de crotre un rythme soutenu (+5,9% en glissement annuel en octobre 2022), preuve que les banques continuent de prêter aux ménages. L’offre de logements disponibles reste quant elle faibleentranant une tension propice aux vendeurs.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Alors, que faire ? Sur le papier, vendre un bien immobilier nécessite de prendre en compte plusieurs éléments afin de pouvoir fixer le prix du bien en fonction de ses caractéristiques et des ventes réalisées aux alentours les semaines précédentes. Si les prix semblent trop bas par rapport aux attentes, un vendeur conserve peut-être attendre en espérant des meilleurs.

Des acheteurs dans l’attente

Mais certains n’ont pas le choix : Pour la résidence principale, il n’y a pas de bons ou de mauvais moments pour vendre ou acheter, car a répond des moments de vie, comme une naissance, une mutation ou un dcs, rappelle Damien Pacouil, fondateur de Prelys courtage. C’est ce qu’on appelle les ventes forces. Ce dernier estime en revanche que les acheteurs pensent être un peu plus dans l’attention. Il va sans doute y avoir moins de vente de confort ces prochains mois. En clair, les acheteurs qui rvent simplement d’un balcon ou de quelques mtres carrs en plus pourraient tre freins dans leurs projets.

Certaines catégories de biens devraient en revanche être protégées des baisses de prix. C’est par exemple le cas des biens propres énergétiquement, classes A, B ou C au diagnostic de performance énergétique (DPE). Alors que les passifs thermiques (classes F ou G) vont subir de plus en plus de sanctions, les logements les mieux classés sont des biens dont le prix va augmenter car on est sr que l’on va pouvoir continuer les louer. On risque donc de voir une dichotomie entre les vertueux et les biens considérés comme passifs thermiques, rappelle l’économiste Erwann Tison.

Comparez et trouvez le meilleur taux



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *