Espèces exotiques envahissantes : quels coûts pour l’humanité ?


Le danger des invasions biologiques

Les espèces exotiques envahissantes sont des espèces végétales ou animales « importées », souvent par l’intermédiaire de l’homme mais également par accident, qui nuisent par leur présence à l’écosystème du territoire d’arrivée. En proliférant, ces espèces colonisent et bouleversent la biodiversité de la zone géographique dont elles ne sont pas natives : on parle alors d’invasion biologique. Une espèce exotique – délibérément introduite ou non en dehors de son aire d’origine – n’est pas envahissante, si celle-ci s’adapte à son territoire nouveau sans menacer son équilibre. En Europe, on estime ainsi à environ 20 000 le nombre d’espèces exotiques, dont 5 000 sont incapables comme envahissantes.

Développement de maladies, destruction de zones agricoles et forestières, de zones de pêche, anéantissement de réservoirs naturels, destruction de canalisations, d’équipements électriques, d’infrastructures et de bâtiments… Les espèces exotiques envahissantes sollicitent lourdement l’économie mondiale.

Les exemples sont légion. Citons le moustique-tigre en France, porteur de maladies ; la fourmi de feu, responsable de 100 000 hospitalisations par an aux États-Unis, la moule zébrée, cauchemar des grands lacs canadiens car elle libère des substances toxiques pour l’environnement ; les jacinthes d’eau, boucheuses de canalisations et responsables de dommages au niveau des infrastructures ; et même le chat, qui est à l’origine de la disparition de centaines d’espèces d’oiseaux, de serpents et de rongeurs dans de nombreuses îles à travers le monde.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.