google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
ACTUALITESBLOG

deuxième réduction conscutive du taux directeur, 12,75%

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

La Banque centrale du Brésil a abaissé son taux directeur à 12,75% mercredi, une deuxième baisse consécutive de 0,5 point conforme aux prévisions des analystes, poursuivant un mouvement de réduction réclamé par le président Lula.

Le mois dernier, ce taux avait été réduit pour la première fois en trois ans la faveur du reflux de l’inflation, passant de 13,75% à 13,25%.

La décision a pris l’unanimité sur l’issue de la réunion du Comité de politique montaire (Copom) de la banque centrale, qui a débuté mardi.

Le Copom a indiqué dans un communiqué qu’il pourrait procéder de nouvelles réductions d’une même ampleur lors des prochaines réunions, prévues le 31 octobre et le 1er novembre, puis le 12 et 13 décembre. Le taux pourrait ainsi terminer l’année 11,75%.

Ce nouveau cycle de baisse était réclamé avec insistance depuis des mois par le gouvernement du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, l’inflation semblant maîtrisée dans la première économie d’Amérique latine.

Ce taux était demeur 13,75%, au plus haut depuis 2017, pendant un an, malgré le net recul de l’inflation.

En mars 2021, le Selic se situait un plancher historique de 2%, afin de stimuler la consommation pendant la pandémie de Covid-19.

Il avait ensuite été relevé 12 fois de suite pour tenter de juguler une inflation alors galopante.

Depuis son retour au pouvoir en janvier, Lula a fortement critiqué le niveau de ce taux directeur, qu’il a qualifié d’abusif et irrationnel.

Selon lui, le Selic entrave la croissance, en diminuant l’accès au crédit nécessaire pour la consommation et les investissements.

Dimanche, son ministre de l’économie Fernando Haddad a affirmé au micro de la chaîne TV Bandeirantes qu’il y avait de la marge pour le réduire encore davantage, mais avec la prudence nécessaire, car il ne faut pas plaisanter avec l’inflation.

L’inflation sur un an s’est accélérée ces deux derniers mois, passant de 3,16% en juin à 3,99% en juillet, puis 4,61% en aot.

Mais la hausse mensuelle des prix s’est avre légèrement moins importante que les prévisions des analystes le mois dernier (+0,23%, contre +0,29% envisagé par les experts).

Le gouvernement Lula a engrangé ces dernières semaines une série de bons résultats sur le plan économique, avec notamment une croissance plus importante que prévue au deuxième trimestre (+0,9%) et un taux de changement de 7,9% sur la période allant de mai juillet, au plus bas depuis 2014.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *