google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
BLOGBOURSE

Dans les Landes, 1.500 chaises fabriquées pour Notre-Dame de Paris

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Des employés fabriquent des chaises dans l'atelier de l'entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes

Des employés fabriquent des chaises dans l’atelier de l’entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes (AFP/GAIZKA IROZ)

A Hagetmau, petit bourg du sud des Landes, une menuiserie familiale fêtera ses 60 ans l’an prochain en livrant la commande la plus prestigieuse de son histoire: 1.500 chaises pour la nef rénovée de Notre-Dame de Paris.

« On a déjà fait des choses intéressantes mais là, ça touche vraiment à autre chose », s’émeut Alain Bastiat, gérant de la PME choisie pour fabriquer en « édition limitée et exclusive » les sièges de la cathédrale la plus visitée au monde, ravagée par l’incendie d’avril 2019.

L’entreprise Bastiat Sièges, fondée en 1964, est installée sur 4.000 m2 aux abords de la commune autrefois « capitale de la chaise », comme le rappelle un exemplaire de 10 mètres de haut sur un rond-point fleuri, à l’entrée. Du menuisier à la couseuse, elle emploie 17 salariés hautement qualifiés.

Dans l’atelier d’ébénisterie, sous un puits de lumière, trône le prototype réalisé pour Notre-Dame: un modèle en chêne massif clair aux lignes épurées, « visuellement silencieux », signé d’une designer bretonne, Iona Vautrin.

« Il fallait une chaise sobre pour qu’elle ne prenne pas toute la place et n’occulte pas l’architecture et le reste du mobilier liturgique », explique à l’AFP, Sylvain Bastiat, 36 ans, fils d’Alain et petit-fils des fondateurs Joseph et Marcelle, qui a rejoint l’usine en 2022.

Basse, elle permet aux fidèles de prier en posant les coudes sur le dossier de celle placée devant eux.

L’assise, légèrement creusée et inclinée vers l’arrière, offre un meilleur confort que les anciens bancs réduits en cendres.

Un employé fabrique une chaise dans l'atelier de l'entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes

Un employé fabrique une chaise dans l’atelier de l’entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes (AFP/GAIZKA IROZ)

Les chaises, empilables, pourront également être reliées les unes aux autres par une attache en laiton.

Une commande qui se chiffre en « centaines de milliers d’euros », inespérée pour Bastiat Sièges et son chiffres d’affaires annuel de 1,4 million d’euros, et qui « s’inscrit dans la durée »: le partenariat avec Iona Vautrin se poursuivra dans la conception des prie-Dieu et des bancs destinés aux chapelles annexes de la cathédrale.

– Niche –

Du village natal à l’Île de la Cité, la menuiserie familiale a suivi un long parcours, parfois cahoteux.

L'une des 1.500 chaises destinées à la cathédrale Notre-Dame de Paris fabriquées par l'entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes

L’une des 1.500 chaises destinées à la cathédrale Notre-Dame de Paris fabriquées par l’entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes (AFP/GAIZKA IROZ)

Après un âge d’or de la chaise landaise, qui avait commencé au lendemain de la Grande guerre, l’horizon s’assombrit à l’aube des années 2000 face à la rude concurrence du meuble en kit à bas coûts et du teck asiatique, moins cher que le chêne français.

Quand la crise frappe à Hagetmau, il faut survivre. Bastiat Sièges reste résolument « ancré dans le terroir » mais doit diversifier ses activités, raconte le représentant de la troisième génération.

La PME se rapproche de designers pour aller chercher « un autre type de clientèle, architectes d’intérieur, décorateurs, etc. » et créer sa propre marque haut de gamme, Bosc, ou « forêt » en Gascon. Ici, 90% du bois travaillé est français: du chêne des forêts de Bourgogne, de Sologne et d’Ile-de-France.

Sylvain Bastiat (g) et son père Alain, propriétaires de l'entreprise familiale Bastiat Siègesdans leur usine, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes

Sylvain Bastiat (g) et son père Alain, propriétaires de l’entreprise familiale Bastiat Siègesdans leur usine, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes (AFP/GAIZKA IROZ)

Bastiat Sièges s’installe dans une niche: travailler le bois massif en semi-industriel –ce dont « peu d’entreprises en France sont capables », souligne Sylvain Bastiat– tout en conservant en interne la maîtrise de tous les savoir-faire, de la menuiserie à la tapisserie.

En 2018, la PME landaise décroche ainsi le label d’État d' »entreprise du patrimoine vivant ».

En juin 2023, Iona Vautrin, elle, a été choisie par l’archevêque de Paris, Mgr Laurent Ulrich, dans le cadre d’un appel d’offres lancé par l’association Revoir Notre-Dame de Paris, pilote du chantier de rénovation.

Des modèles de chaises fabriqués par l'entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes

Des modèles de chaises fabriqués par l’entreprise familiale Bastiat Sièges, le 11 septembre 2023 à Hagetmau, dans les Landes (AFP/GAIZKA IROZ)

L’artiste connait la marque Bosc et contacte alors l’entreprise d’Hagetmau. « Le courant est vite passé entre nous », raconte Sylvain. « Elle nous a envoyé la 3D de la chaise à réaliser. On n’a pas réfléchi longtemps, on s’est lancé dans l’aventure », enchaîne son père.

La livraison des 1.500 chaises se fera en octobre 2024 pour une réouverture du monument prévue deux mois plus tard.

© 2023 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *