google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Comment l’innovation technologique transforme l’immobilier (ULI France)


Conférence annuelle 2022 de l’ULI France
©DR

Le 25 novembre dernier, lors de la conférence annuelle 2022 de l’ULI France, plusieurs acteurs de l’immobilier ont échangé sur la transformation du secteur par l’innovation technologique.

Les innovations technologiques suffisent-elles, dans leur rythme et dans leur forme, à transformer l’industrie immobilière en pleine transition, face aux urgences climatiques et de décarbonation ? Doit-on faire le choix de la technologie ou de la frugalité ? Comment la technologie transforme-t-elle positivement la société, la ville, l’immobilier, ses acteurs et leurs métiers ? Voici, entre autres, les questions auxquelles ils ont tenté de répondre au cours de cette conférence, transmise par Sébastien Chemouny, lui-même président d’Allianz France, qui s’est déroulée chez Altarea Comet Meetings, dans le 2e arrondissement de Paris.

Le choix entre frugalité et innovation technologique a notamment été au cœur des débats. « Est-ce qu’un territoire peut être frugal ? Non, car il n’agit pas seul, mais les habitants concernés. Il faut donc pouvoir réfléchir à une meilleure utilisation des matériaux, et de tout ce qui est à notre disposition », pour Matthias Navarro, CEO Redman. Pour Arnaud Bekaert, directeur général promotion Île-de-France, UrbanEra et filiales chez Bouygues Immobilier, la frugalité est un « raisonnement sur une consommation réfléchie et réfléchie des ressources, et non une réduction de nos consommations parce que cela fait mal à nos finances . »

Pour d’autres, comme Khadija Nadi, CEO de DeltaQ, il faut plutôt s’interroger sur la rapidité à laquelle la technologie se développe dans l’immobilier : « La technologie nous fait agir en temps réel, 24/24, de prendre en compte les données météorologiques par exemple… La vraie question que l’on peut se poser est pourquoi la mise en place de ces innovations ne se fait-elle pas plus rapidement dans le secteur de l’immobilier ? ».

De son côté, Philippe Le Fort, Director T&I – Head of Ambio Patrizia SE, considère qu’il faut aller au-delà de ce débat, et se rassembler face aux nombreux défis qui devront faire face au secteur à l’avenir. « Ce qui est important, c’est de comprendre que les enjeux ont changé, nous tendons vers un temps que personne ne connaît, vers une adaptation que personne n’a jamais faite, vers un modèle qui n’existe pas encore. Il faut donc travailler ensemble, main dans la main, et être ouvert d’esprit pour attaquer ce problème. »

Adoption de la technologie dans l’immobilier : les lignes doivent bouger

Selon l’ULI, l’immobilier est souvent perçu comme étant prêté à l’adoption de la technologie. Pour autant, la technologie a déjà un impact sur certains secteurs de l’immobilier, à l’image de l’hôtellerie. « L’ère du digital a poussé le parc hôtelier et les hôteliers à améliorer leur qualité de service de façon significative et qualitative », estime l’ULI. « Finalement le Web 2.0 d’il y a quinze ans a challengé les hôteliers en leur apportant un accès direct au client, et en parallèle, en apportant au client un impact direct aussi sur le produit dans lequel il consomme », ajoute Alexandra Goguet, Senior Directeur Développement France & Benelux Marriott International.

Alors que les usagers recherchent davantage de services, de solutions, d’idées facilitant leur quotidien, afin de mieux habiter la ville et la consommer « utile », les lignes vont devoir bouger, selon l’ULI. « La technologie a un défi auquel elle doit composer : le capital humain et le capital planète/ environnement. Toute technologie doit être pensée en ne perdant pas de vue l’aspect social, sociétal et planétaire », complète Stéphanie Zolesio Roux, directrice générale exécutive de Casino Immobilier.

La réalité aujourd’hui, c’est qu’il y a des technologies bien établies, qui existent, qui peuvent être déployées immédiatement dans les entreprises afin de faire une différence, poursuivre l’ULI. Pour collecter de la donnée, créer une fondation, créer les produits de demain, de l’optimisation interne. Philippe Vimard, senior advisor & board member de Doctolib, abonde en ce sens : « Si nous regardons ce qui s’est produit dans les autres industries, la technologie va venir disrupter l’immobilier, c’est une certitude. »

Robin Rivaton, CEO Stonal, ajoute : « Quand on manipule des actifs physiques, il est tentant de croire qu’on est assez immunisé face à la technologie. Mais je pense qu’on ne fera pas la transition environnementale, on ne réussira pas à attirer les talents de demain s’il n’y a pas de modernisation de la technologie. »

Ainsi, le constat est unanime : l’industrie immobilière tarde à intégrer les avancées technologiques. Mais il doit se mobilisateur. « Nous avons des progrès à faire dans ce domaine. Alors oui la technologie c’est compliqué, ce n’est pas notre métier. Mais ne l’oublions pas, c’est aussi une vague que nous n’arrêterons pas. Nous devons être dans l’anticipation en stockant par exemple la data pour un usage de demain », résume Sébastien Chemouny.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *