google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

cette injustice qui pénalise un million de Français bientt corrige ?


Près d’un million de jeunes, dans les années 80, bénéficieraient de dispositifs d’aide à l’emploi comme les travaux d’utilité collective qui rentrent pas aujourd’hui dans le calcul de leur retraite. Un oubli qui pourrait être corrigé grâce à la proposition de loi déposée par les députés Paul Christophe (Horizons) et Arthur Delaporte (Socialistes).

Bon nombre de jeunes gs de 18 25 ans dans les années 80, ont pu effectuer des travaux d’utilité collective (TUC), des stages pratiques en entreprise, des stage jeunes volontaires, des stages d’initiation la vie professionnelle ou ont participé des programme d’insertion locale. Plus d’un million de personnes, aujourd’hui sur le point de partir de la retraite, sont concernés selon Capital.

Malheureusement, tous ces mois travaills (des périodes allant jusqu’à trois ans) ne sont pas comptabilisé dans le calcul des trimestres pour pouvoir toucher sa retraite. Tout simplement parce que ces jobs ne payaient pas assez. Pour valider un trimestre, il fallait avoir travaillé 200 heures payées au Smic. La rémunération était souvent moins élevée que le Smic horaire pour ces contrats. Les personnes concernées n’atteignaient donc pas le seuil nécessaire. Pour prendre leur retraite à taux plein, elles devront travailler plus longtemps et ne peut pas non plus bénéficier du dispositif porteur longue.

Une proposition de loi déposée

Pour réparer cette injustice et que ces périodes soient prises en compte dans le calcul de la pension, les deux députés, Paul Christophe (Horizons) et Arthur Delaporte (Socialistes), ont déposé une proposition de loi. Elle reposerait sur le même principe de validation des périodes de chmage (un trimestre valide tous les 50 jours de chmage).

Si les dputs ne ferment pas la porte l’introduction de ce changement dans la future rforme des retraites, ils prfrent que cette mesure soit traite de faon indpendante, via une proposition de loi qui fera plus facilement consensus… que la rforme des retraites , explique Capital.

Retraite : pargnez en payant moins d’impts. 13 contrats comparés

Un problème subsistait pourtant si le dispositif était mis en place : les futurs retraits devront se faire connaître et apporter des preuves leurs caisses de retraite. Ces dernières tant incapables de détecter ces expériences pour effectuer leurs calculs. Nous avons conscience qu’il ne sera pas toujours vident de retrouver des bulletins de paie ou des contrats de travail. Ce sera l’état, par décret, de trouver le dispositif le plus souple pour apporter ces preuves, explique Paul Christophe.

Retraites : le gouvernement rapporte au 10 janvier la présentation de la réforme



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=3bf391e11277385bf3861797408]