ACTUALITESBLOG

ce placement 10% de rendement est-il devenu trop risqué ?

[ad_1]

google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Le crowdfunding immobilier a enregistré une collecte record l’an dernier. Mais depuis quelques mois, le secteur semble en perte de vitesse. Et les investisseurs s’inquiètent pour l’avenir.

Depuis 10 ans, le crowdfunding immobilier bat tous les records. Et le millsime 2022 n’est pas une exception. Au total, les plateformes du secteur ont collecté plus de 1,6milliard d’euros l’an dernier. Soit 40,2% de plus qu’en 2021, selon le baromètre de Financement Participatif France (FPF).

Il faut dire que sur papier, le crowdfunding immobilier a tout pour plaire. Les rendements sont excellents : 9,4% en moyenne sur l’année 2022. Et ce n’est pas tout. Les investissements sont accessibles de quelques dizaines d’euros. Sans compter que vos fonds sont immobilisés sur une durée courte. Entre 12 et 24 mois, le plus souvent.

Retards en série

Mais la roue tourne. Jusqu’à présent, les projets immobiliers étaient financiers en moins de 15 heures. Mais depuis quelques mois, le secteur tourne au ralenti. Collecte toujours en cours 4 jours après l’ouverture… Du jamais-vu sur cette plateforme!, observez par exemple top_kek sur le forum MoneyVox.

On sent que les plateformes ont un peu de mal boucler les opérations en ce moment vu les mails de relance qui tombent, enchane Msimmo, un autre contributeur régulier. Mais pourquoi les investisseurs sont-ils moins enclins à mettre sur les projets des plateformes de crowdfunding ?

En ce moment, les retards de paiement sur les plateformes se multiplient, répond Karl Toussaint du Wast, co-fondateur de la plateforme Netinvestissement. Sur Sageed, 10,5% des projets seraient concernés, selon une lettre envoyée par la plateforme aux investisseurs. C’est nettement plus qu’il y a 12 mois. Et Wiseed n’est pas un cas isolé. En réalité, c’est tout le secteur qui est touché.

Crowdfunding immobilier : savez-vous toujours dans quoi vous investissez ?

Le neuf en difficile

Car pour tenter d’enrayer l’inflation, la Banque centrale européenne (BCE) a relevé ses taux pour la septime fois depuis juillet 2022. Du jamais vu. Or ces hausses se répercutent sur les autres taux. Si bien que les taux des crédits immobiliers passe désormais la barre des 3%quelle que soit la durée d’emprunt, selon le dernier baromètre du courtisan Meilleurtaux.

Résultat ? Aujourd’hui, près de 50% des demandes de prêt sont refusées, ce qui limite le nombre d’acheteurs, estime Karl Toussaint du Wast. On n’a jamais eu une anne aussi mauvaise, abonde Pascal Boulanger, président de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI). Sur un an, les ventes de logements neufs ont reculé de 26%.

Et c’est justement parce que les promoteurs ont du mal vendre les logements que les retards se multiplient sur les plateformes de crowdfunding. cela vient s’ajouter la flambe des cotes de construction. Le prix de certains matériaux, comme le bton prt l’emploi, par exemple augmente de 17,2% sur les deux premiers mois de l’anne.

Crédit immobilier : ces dépenses qui ruinent vos chances d’avoir un prêt

Risque de défaut

Alors faut-il attendre des jours meilleurs pour investir dans le crowdfunding immobilier ? Pas nécessairement. Voiture retard ne veut pas dire défaut. Tant que le promoteur ne fait pas faillite, il est dans l’obligation légale de rembourser ses dettes, rappelle Karl Toussaint du Wast. Et pendant ce temps, les intérêts continuent de courir. Votre argent est certes immobilisé plus longtemps, mais vous tes rmunr en contrepartie.

Verser autant la prudence reste de mise. Car pour l’instant les défaillances restent rares. Sur Wiseed, par exemple, le taux de défaut est inférieur 0,3%. Cela dit, il n’est pas impossible que ce chiffre augmente dans les mois à venir, indique la plateforme. Et pour cause : selon la Banque de France, les défaillances d’entreprises de la construction ont bondi de 45,4% sur 1 an au 1er trimestre 2023.

Si vous souhaitez limiter les risques, n’investissez qu’une petite partie de votre pargne et privilégiez les projets qui ont déjà obtenu leur garantie financière d’achèvement (GFA), indique Karl Toussaint du Wast. Pour obtenir cette garantie, les promoteurs doivent en effet avoir déjà vendu majoré de 50 % de leur programme. Ce qui limite (en théorie) les risques de retard ou de défaut de paiement.

Boursorama démocratise le crowdfunding immobilier

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *