google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Calme à la Bourse de Paris, qui attend la Fed


La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

La salle de contrôle d’Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a légèrement reculé, de 0,21%, mercredi, préférant la prudence avant les annonces de la banque centrale américaine relatives à sa politique monétaire, au lendemain de chiffres d’inflation aux États-Unis plus bas qu’anticipé.

L’indice CAC 40 a cédé 14,19 points à 6.730,79 points. La veille, la place parisienne avait nettement rebondi de 1,42% après un début de semaine négatif.

La cote parisienne s’est montrée attentiste tout au long de la séance, attendant le communiqué de presse de la Réserve fédérale (Fed), qui sera publié à 19H00 GMT, et le discours de son président Jerome Powell.

Les investisseurs anticipent un relèvement de 50 points de base du principal taux directeur de la Fed à l’issue de sa dernière réunion de l’année, après quatre relèvements d’affilée de 75 points de base.

L’hypothèse d’un ralentissement du resserrement monétaire est appuyée par les chiffres de l’inflation américaine de mardi, en dessous des attentes des analystes, à 7,1% en novembre sur un an, en ralentissement après +7,7% en octobre.

Ces chiffres comportaient des “bonnes nouvelles” pour Bénédicte Kukla, analyste investissement sénior de Indosuez Wealth Management. Cependant le niveau élevé de l’inflation des services inquiète l’experte, d’autant plus que “le marché de l’emploi reste très tendu et les salaires vont continuer à exercer une pression sur les prix dans les services”.

Les investisseurs scruteront dans les paroles de Jerome Powell tout indice sur l’évolution des taux en 2023, qu’ils espèrent voir stagner à un pic autour de 5%, voire baisser pour les plus optimistes.

“Les marchés surestiment la capacité de la Fed à pivoter”, c’est-à-dire à changer de direction dans sa politique monétaire, prévient cependant Bénédicte Kukla, estimant que le marché de l’emploi et que l’inflation des services restaient trop tendus.

Jeudi, ce sera au tour de la Banque d’Angleterre et de la Banque Centrale Européenne de se prononcer.

La biotech AB Science a dévissé de 24,31% à 6,45 euros, après avoir reçu un avis d’insuffisance de l’autorité de santé publique canadienne Health Canada dans le cadre de sa demande de mise sur le marché du masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique. Le processus d’examen a été interrompu et reprendra quand des informations supplémentaires auront été communiquées à Health Canada.

Le titre Lysogene a plongé de 42,19% à 0,37 euros, pour la séance de reprise de sa cotation, alors que la société biopharmaceutique a annoncé que le tribunal de commerce de Nanterre avait “fait droit à sa demande d’ouverture d’une procédure de sauvegarde, laquelle sera assortie d’une période d’observation fixée à six mois maximum”.

Le numéro un européen des résidences de loisirs Pierre et Vacances a grimpé de 7,21% à 1,07 euros, après avoir annoncé mercredi le succès des opérations de restructuration de Villages Nature Tourisme et la clôture de la procédure de sauvegarde accélérée ouverte en juillet devant le tribunal de commerce de Paris.

© 2022 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook


Linkedin


email





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

[trustindex data-widget-id=3bf391e11277385bf3861797408]