google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Bien comprendre le TEG et le TAEG en 2016 Actualite Immobilier


Jusqu’à maintenant, la comparaison des propositions de prêt est effectuée à partir du TEG. Pourtant, ce taux ne tient pas compte de certains frais. Pour plus de précision, il a été décidé qu’à partir du 1er octobre 2016, l’indicateur actuel sera remplacé par le TAEG ou taux annuel effectif global.

Zoom sur le TEG

Le Taux Effectif Global reflète le coût de l’investissement lors d’un prêt. Il s’agit d’un ratio qui regroupe toutes les charges annexes liées au crédit comme l’assurance, les frais de dossier, etc. Ainsi, il peut parfaitement varier d’une banque à une autre. Mais d’une manière générale, ce taux d’intérêt ne doit pas dépasser une limite légale qui est définie par la Banque de France, appelée : taux de l’usure. Selon la réglementation, les banquiers sont tenus d’inscrire le TEG dans leurs offres de prêt. De même, ce taux doit s’afficher sur le contrat. En gros, il renforce la transparence des propositions bancaires, ce qui permet d’établir une relation de confiance entre l’établissement prêteur et l’emprunteur. En principe, le TEG est spécialement composé de :

– Taux nominatif : C’est le tarif de base du crédit.

– Plusieurs frais et rémunérations diverses (ex : frais de dossier, le ticket d’entrée, etc.)

– Cotisation d’assurance : Elle est fournie dans le calcul, uniquement si l’assurance maison de la banque prêteuse est associée à l’offre de prêt.

Le TAEG, quelle est la différence ?

Avant, le TAEG était exclusivement applicable aux crédits à la consommation. Mais bientôt, il sera l’unique indicateur retenu pour comparer les offres de prêts hypothécaires. Tout comme son prédécesseur, il va englober les charges annexes du crédit proposé. La différence est que ce taux est plus précis. Pourquoi ? C’est simple, il inclut des frais qui n’ont jamais été listés dans le calcul du TEG dont :

– Le coût d’évaluation du bien : En effet, la banque est désormais contrainte de faire évaluer la valeur réelle du bien par un expert. Cela permet de protéger l’emprunteur des risques de surévaluation et de surendettement, suite à l’accord d’un crédit trop important.

– Les frais de tenue de compte : ceci concerne les emprunteurs dont les revenus ne sont pas domiciliés dans l’établissement prêteur.

L’autre critère qui permet de distinguer le TEG du TAEG est également la base de calcul. Le premier est évalué sur une base mensuelle. Quant au second, on utilise la périodicité annuelle. En tout point, le TAEG gagne donc en précision.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *