google.com, pub-9809009992858082, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Arnaquée en viager, la propriétaire décède le jour où la vente est annulée


Une victoire de principe, dont la bénéficiaire ne tire aucun avantage… Dans cette affaire relative par Midi Librenon agent immobilier peu scrupuleux avait tiré bénéfice d’une septuagénaire en situation de faiblesse pour lui acheter son logement en viager à tout petit prix. En 2016, cette dame de 75 ans à l’époque, sans famille ni descendant cherchait à céder son logement pour assurer ses vieux jours. Il faut croire qu’elle a choisi le mauvais professionnel puisque ce dernier a reçu son bien, un appartement de 56 m² non loin du centre-ville de Montpellier à 67.000 euros. À 1200 €/m², même avec la forte décote du viager, on est loin du compte… D’autant que le même logement avait été révélé, toujours en viager, à 128.000 euros, cinq ans auparavant.

» LIRE AUSSI – Le viager litigieux de La Baule est annulé par la justice

Résultat : des conditions de vente ridicules pour le propriétaire avec un bouquet (somme encaissée à la vente) de 25 000 euros et une rente mensuelle de 200 euros. Et pour compléter les mauvaises pratiques, l’agent immobilier indélicat a cédé le bien à une SCI géré par son neveu. Quant à la vendeuse, si elle n’a pas réagi face à ce manège grossier, c’est qu’elle affichait déjà des fragilités, avant de devoir être placée en curatelle renforcée en 2019. Et c’est d’ailleurs sa curatrice qui découvre le pot aux roses en épluchant les papiers de la septuagénaire.

Un notaire épinglé

C’est ainsi que l’affaire a pu être portée en justice, débouchant sur l’annulation pure et simple de la vente. La justice a prouvé qu’il y avait eu abus de faiblesse et conflit d’intérêts avec cette vente réalisée pour le neveu de l’agent immobilier, comme le rapporte Midi Libre. Et le notaire qui s’est chargé n’échappe pas aux remontrances, le tribunal lui rappelant « son devoir d’information et de conseil » auprès de cette dame. Selon l’avocate de la septuagénaire, le fruit réévalué de la vente devait servir à financer un Ehpad. Il n’en sera rien puisque la propriétaire est décédée précisément le jour où le jugement a été rendu. Le bien ira donc à l’État.

À VOIR AUSSI – Evénement]Immobilier : quels sont les avantages à investir en nue-propriété



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *